« Un financement institutionnel de l'open access : pour quand ? | Accueil | Le nombre de citations ne réflète pas la qualité de l'article. L'auto-entretien du facteur d'impact. »

vendredi 02 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Hervé Maisonneuve

Merci pour votre remarque et bien d'accord... mais le système pousse à la quantité et l'esprit critique est insuffisamment développé.....

Gabriel Thabut

A mon sens le point important n'est pas le nombre de papiers publies mais leur qualite. La multiplication des revues dites scientifiques fait que toute etude, quelque soit sa qualite peut aujourd'hui etre publiee. Seuls quelques journaux, ont les moyens humains et financiers de controler de facon approfondie les donnees des auteurs quelles publient. Annals of Internal Medicine, demande frequemment aux auterus de communiquer leurs donnees, et la methodologie et les statistiques sont revues de facon approfondies par des statisticiens payes par la revue. Cela coute extremement cher, et explique que ce type de revue publient entre 200 et 300 articles par an. C'est evidemment peu, mais c'est uniquement a ce prix la, que l'on obtient des etudes de bonne qualite, dont les resultats sont bien discutes et dont les donnees sont fiables. Ma conclusion : seule la qualite compte, surtout pas la quantite.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations