« Les rétractations concernent peu les industries et les rédacteurs professionnels médicaux | Accueil | Difficile de publier quand on travaille dans un pays en voie de développement »

vendredi 10 juin 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Ils évoquent l'EBM, mais n'utilisent pas les methodes EBM eux-mêmes... car il y a des très grossières erreurs. On peut avoir des opinions, mais il faut présenter les faits avec objectivité, ce qui n'est pas le cas. Et ce texte n'est pas signé.

ha-vinh

En effet, j'ai lu cet article. Il est inclu dans "DPC et Pratiques La lettre n° 56 de juin août 2011". J'ai googelisé certains noms du comité éditorial: à Jean François Thebaut j'ai trouvé l' ancien président de l'UFCV (Organisme national et d'évaluation de la Formation de la Cardiologie libérale) (http://www.lecardiologue.com/IMG/pdf/UFCV140308All.pdf)
à Christiane Rossatto j'ai trouvé l'ancienne directrice-conseil de l'agence Boz (http://www.boz.fr/) une agence de communication médicale qui gère 3 instituts de formation médicale continue.
Si ce sont bien les mêmes personnes leur expérience dans le domaine de la formation et de la communication médicale justifie pleinement leur participation à l'édition de cette lettre. Mais en même temps leur expertise reconnue dans leur domaine incombe que des références scientifiques argumentent les choix des méthodes de formation continue faites dans l'article.

Maisonneuve

Si l'industrie a développé des méthodes pour plannifier les publications, tous les organismes peuvent s'en inspirer et les 'copier'. Si les liens d'intérêts sont repprochés à l'industrie (souvent avec raisonà, j'ai des exemples de liens d'intérêts qui concernent les organismes publics, et par exemple en juin 2001 : la Haute Autorité de Santé, dont des positions sont tendancieuses, alors que l'on nous dit que la HAS est une autorité indépendante... Par exemple, où sont les preuves pour soutenir les positions de la HAS sur le DPC ? Lisez "Analyse des processus de DPC. Etat des lieux réalisé dans le cadre des Assises du médicament... sur http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1060061/analyse-des-processus-de-dpc-etat-des-lieux-realise-dans-le-cadre-des-assises-du-medicament

ha-vinh

Merci de ces précisions sur les rédacteurs médicaux. Il n'y a pas que l'industrie, les régimes d'assurance maladie de sécurité sociale peuvent également y recourir pour diffuser leurs études. Il est bien que tout ceci soit écrit dans des guides- lines.
Donc si le rédacteur médical a, en plus de la rédaction, modifié ou adapté le champ ou l'analyse et est prêt a accepter la responsabilité de la version finale il répond aux critères d'auteur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations