« Les études qualitatives sont insuffisamment publiées... dans les journaux biomédicaux | Accueil | Amélioration insuffisante des publications d'essais randomisés en cluster depuis l'extension de CONSORT »

vendredi 25 novembre 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Merci pour ce commentaire pertinent et très utile. Je ne savais pas que pour les microarrays, cela se pratiquait. Il va falloir 10 ou 20 ans, mais il n'y a pas d'autres solutions : les données sources seront accessibles. Il y a du chemin à faire, car cette étape ne sera pas suffisante pour améliorer l'intégrité des recherches.

stephane

C'est une bonne idée de pouvoir accéder aux données sources. C'est déjà le cas pour au moins un type de données, les résultats de microarrays. Toutes les revues demandent que les data soient déposées à l'EBI ou au NCBI. Ceci permet de réanalyser des données, c'est ainsi qu'une histoire malheureusement célèbre de fraude a été mise au jour.
Ceci pose un problème, c'est de devoir déposer ses données avant que l'article ne soit au moins accepté. Il y a un embargo quand même. Mais bon si le process de review prend du temps...
Je serait assez partisan d'un dépôt obligatoire, six mois après la publication ou deux ans après la fin d'une étude. Ensuite il faut définir un format de dépots anonymisés, utilisable par l'ensemble des chercheurs etc.
Un vrai travail de fonds. l'europe pourrait tout à fait grace à l'EBI se lancer dans ce genre de dépots de données. Je ne crois pas qu'il y ai de volonté politique pour ce genre de choses. Seule la contrainte poussera, ce sera comme pour les essais cliniques, quand les revues refuseront les articles qui ne déposent pas les datas, le système se décoincera...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations