« Wakefield / ROR et autisme : cette fraude a engendré des coûts inutiles en terme de recherches ultérieures | Accueil | Embellissement des données : fraude ou ignorance ? »

mardi 14 août 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Dominique Dupagne

A propos de l'impact factor, je suis surpris de ne pas voir Jacob Moreno cité comme son premier descripteur dans la majorité des revues historiques sur ce procédé.

En effet, dans "Les fondements de la sociométrie" publié en 1954, il écrivait page 48

"Supposons que nous ayons à déterminer le “statut” scientifique de sociologues. Nous pourrions procéder de la façon suivante :
- Relever les citations d’auteurs
- Chercher quels sont les auteurs des citations et quels sont les auteurs cités dans leurs rapports, leurs articles, leurs livres etc.
(...) Apparemment froid et impersonnel, ce test répond pourtant aux exigences méthodologiques du test sociométrique. Il considère des relations susceptibles de réciprocité, puisqu’on peut citer et être cité, permet de déterminer le nombre de citations que l’on fait des autres et dont on est l’objet, ainsi que les auteurs des citations. Nous avons affaire ici à un critère puissant puisqu’il peut servir à établir le crédit dont jouit chaque chercheur auprès de ses collègues et des sociétés savantes.
"

En anglais http://www.asgpp.org/docs/WSS/Book%20I/index.html page 100

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations