« eLife : cette nouvelle revue se veut élitiste en science, avec quelques innovations.. mais qui va payer pour la pérennité ? | Accueil | Les thèses de complaisance : félicitons Michelle Bergadaà qui anime un site Fraude et déontologie »

lundi 24 décembre 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

J Chetritt

Oui et bien souvent celui de la médecine de ville est oublié
Laissant la place a une médecine "expertale" loin de ce qui peut être réalisé ( ou payé) dans la vie courante

Maisonneuve

Merci pour ce commentaire et bien d'accord sur les conférences de consensus. Le choix des experts est difficile, car il faut toutes les opinions dans un groupe.

DDupagne

Bonjour Hervé,

Tu parles de chasse au sorcières. Tu veux apparemment parler de la chasse aux experts ayant trop de conflits d'intérêts. Or, il me semble que c'est justement faute de cette chasse que nos recommandations sont si médiocres, comme l'a montré Louis-Adrien Delarue dans une thèse mémorable http://www.voixmedicales.fr/2011/08/27/les-recommandations-pour-la-pratique-clinique-elaborees-par-les-autorites-sanitaires-francaises-sont-elles-sous-influence-industrielle-a-propos-de-trois-classes-therapeutiques-these-l-a-delarue/

Personnellement, je crois surtout aux conférences de consensus.
http://www.atoute.org/n/article/rendez-nous-nos-conferences-de.html

Elles donnent, dans mon expérience, les meilleurs résultats, justement car les experts n'y sont pas tout-puissants.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations