« Encore de mauvaises pratiques d'un rédacteur en chef qui a dû démissionner.. c'est la vie des revues prédatrices | Accueil | Le GERAR : une bonne initiative pour développer l'esprit critique, mais le chemin est long.. Ne pas s'épuiser. »

lundi 29 juillet 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe Nicot

Nous avions déjà eu droit en 2011, à la présentation grand public des résultats d’une étude mené par un éminent pharmacologue français qui montrait un risque de démence chez les patients prenants une benzodiazépine. Elle fut soumise à la critique. L’étude a été publiée un an plus tard dans le BMJ, sans que la critique surgisse. Miraculeusement la tambouille méthodologique rétrospective présentée dans le grand public était devenue une étude prospective démarrée 20 ans plutôt. Le thème ne se prête probablement pas à la critique tant ce risque pour ces médicaments est dénoncé depuis des décennies. Est-ce une raison ?

Nicolas Kluger

Personnellement, je ne pense pas que ce type d'article ait un réel impact, si ce n'est de faire un "buzz" temporaire - quelques jours peut être une semaine, et qui sera chassé rapidement par une autre découverte plus croustillante...
Pour avoir également donné de nombreuses interviews à la presse écrite, il faut prendre des pincettes concernant les avis retranscrits des experts ou autres interrogés qui sont entre "...", notamment par téléphone. En France, les journalistes refusent que l'on relise les interviews que l'on donne pour vérifier simplement la retranscription correcte et l'absence de contre sens ou d'erreurs... Sans compter que quelques lignes ne reflètent pas absolument pas l'ensemble de l'entertien. En somme le plus simple serait de reposer la question au Pr Forette à froid...

Dominique Dupagne

Le Figaro est tombé dans le publi-rédactionnel médical depuis quelques temps.

Martine Perez m'a surpris récemment par des articles ou des prises de position assez médiocres.

Je vais probablement avoir une chronique médicale régulière dans un grand média à la rentrée. L'essentiel de mon travail consistera à rectifier ces âneries soit disant estampillées par la science médicale dont on abreuve le public au quotidien.

Fischler

Il n'est pas rare de voir des reportages télévisés (JT de 20 h) sur des grands congrès (cancéro, cardio) et l'annonce de "découvertes".
Pas de l'écrit mais ....
Alors si la règle d'Ingelfinger devrait s'appliquer ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations