« Science Editors' Handbook pour les rédacteurs : 2ème édition présentée en Belgique lors du meeting ISTME/EASE | Accueil | Salami ou LPU, ou SPU, ou MPU, ou publon : vous connaissez tous ! Mais que cache ce jargon ? »

jeudi 24 octobre 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sylvain Bernès

Les "vrais" vols de données, via, par exemple, le piratage d'un PC, doivent quand même être très rares, et relèvent plus du délit pur et simple que d’un problème d’éditeur.
Dans le cas présent, il semble que l'auteur pour la correspondance a une double affiliation, l'une d'entre elles étant l'université qui dit être propriétaire des données. Le conflit est sans à chercher dans une rivalité entre ces deux affiliations.
Maintenant, savoir quoi "appartient" à qui, c'est souvent assez flou, sauf à prendre des précautions qui deviennent vite ridicules (genre breveter tout et n'importe quoi).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations