« Décrire correctement une 'intervention' dans un article biomédical : cela devient facile avec TIDieR, une liste d'items pour la description et la réplication d’une intervention | Accueil | "Améliorez les rapports de recherche pour diminuer le gaspillage" : belle conférence à Paris le 16 mai 2014 avec des rédacteurs de revues internationales »

jeudi 20 mars 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Etienne Lemarié

Nous connaissons tous cet article du BMJ qui posait la question: faut il mettre un parachute quand on saute d'un avion. Recommandation forte; niveau de preuve nul car aucune étude randomisée.
J'ai été confronté au problème des reco quand j'étais président de la SPLF et je suis d'accord avec la remarque sur les experts compétents ou non, c'est le premier critère avant les liens d'intérêt.
Le gros problème est en effet la littérature ou plutôt sa mauvaise utilisation. Le questions posées par les reco sont souvent trop éloignées de la littérature. Par ailleurs, l'analyse de la littérature est souvent incomplète puis qu'on y cherche des réponses qui ne s'y trouvent pas. Conclusion: d'abord bien lire;

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations