« Record en France (Angers) : 4 rétractations pour un scientifique honnête ? En savoir plus : enquête en cours. | Accueil | Les bagarres entre auteurs ne finissent jamais.. et peuvent durer 50 ans. Exemple de la trisomie 21 »

jeudi 02 octobre 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonjour

en fait la rédaction initiale des communiqués de presse, faite par les scientifiques, ou un bureau de communication de l'organisation académique ou privée, est déjà trompeuse le plus souvent.

Ces communiqués sont envoyés par les signataires (ou leur service communication) sur des listes de journalistes et aux agences de presse qui les diffusent.

Cdlmt

Aliboron

Dans l'éditorial de Joshua J Fenton j'ai pour ma part relevé ceci : "Alarmingly, in the guise of original reporting, many press releases issued by academic institutions appear verbatim on newspapers and websites with nothing to notify readers that the text is nothing more than a press release. "

Il me semble que l'on pourrait déjà assez facilement remédier à cette situation, par exemple - si les guidelines n'y suffisaient pas- en ouvrant un blog dont le titre pourrait-être Verbatim Watch pointant du doigt les articles qui ne signaleraient pas être la reprise pure et simple d'un communiqué de presse. (Un travail pratique pour étudiant ?).

D'ailleurs, à vrai dire, je n'ai aucune idée du mode de circulation des communiqués de presse que l'article lui-même ne détaille pas vraiment.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations