« Interdisons les communiqués de presse sur les études animales, car ils sont vraiment trompeurs | Accueil | ROR (MMR) et autisme : toujours des manipulations... avec la rétractation rapide (en un mois) d'un article bizarre »

vendredi 03 octobre 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Seraya Maouche

@Aliboron : je vous remercie, je vais le corriger.
Sylvain Bernè a raison de parler de la correction du nom de Gautier. Une simple recherche dans les bases de données avec "Gautier" ne va pas extraire la publication principale publiée par l'Académie des Sciences.

Très cordialement,
Seraya Maouche

Aliboron

@ Seraya Maouche : suite au commentaire de Sylvain Bernès qui suggérait un correctif à adresser à Jean-François Bach , je signalai juste en passant qu'une H s'était malicieusement glissée dans le patronyme de Madame Marthe Gaut ier ( deuxième paragraphe de votre billet). Cordialement.

Seraya Maouche

Réponse à M. Sylvain Bernès
Bonjour;
Il est certain que Lejeun est cité en première position sur les principaux articles sur la découverte de la trisomie 21. Votre recherche sur PubMed le confirme et le rapport de l'INSERM a également rappelé que la première communication de l'Académie des sciences cite Lejeun en premier auteur et Gautier en seconde position.
Cependant, être cité en premier auteur ne veut rien dire. Jusqu'à ce jour et à l'INSERM, par exemple, les femmes se trouvent souvent privées de leurs droits d'auteur ou privées de la première position sur les articles.
Parfois on envoie à une revue scientifique un article avec le nom d'une femme en 3e ou 4e positions et son collègue homme en première position sans informer en avance la femme de la soumission de l'article afin qu'elle ne discute pas la position de son nom (qui doit refléter sa contribution au travail) dans la liste des auteurs.
J'ai eu moi-même une situation similaire avec un article publié dans PLoS Genetics. Heureusement que l'éditeur a pris une position en ma faveur et il a bloqué la publication de l'article après acceptation. Cet incident a conduit les journaux PLoS à modifier leurs systèmes informatiques pour exiger, lors de la soumission d'un article, que chaque auteur dans la liste puisse confirmer par email qu'il/elle a pris connaissance que son nom figure dans la liste des auteurs. Cela se fait avant de procéder au processus de "review"
Je trouve cela une étape très importante.
Face à ces injustices et à ces fraudes sur les listes d'auteurs, une femme a le choix entre a) signaler cette violation à l'éditeur et donc se trouver dans une situation de conflit avec son directeur et ses collaborateurs, soit b) garder le silence et accepter cette injustice.
Marthe Gautier a fait le choix (b) jusqu'à ce que son amie, Prof Simone Gilgenkrantz (Université Lorraine), l'ai encouragée à parler. Vous pourrez lire dans l'article publié par la revue Science:

"...she “naively” accepted an offer from Lejeune, who Gautier says was studying Down syndrome using other techniques, to take her slides and get them photographed. Gautier claims she was “shocked” when, after more than 6 months of silence, she learned that the discovery was about to be published in the journal of the French Academy of Sciences, with Lejeune as the first author and Turpin the last; Gautier was in the middle, her last name misspelled as Gauthier. Gautier doesn’t dispute that Lejeune identified the 47th chromosome as an extra copy of chromosome 21, but she maintains that she was the first to notice the abnormal count"

Donc "tenir aux faits" en consultant la liste des auteurs ne veut rien dire, je connais plusieurs articles où l'auteur qui a fait une grande partie du travail ne figure même pas dans la liste des auteurs !

Il faut plutôt voir s'il y a une possibilité de consulter l'archive des cahiers de laboratoire, je ne sais pas si cela est possible.

Concernant la publication d'un corrigendum dans les "comptes rendus", j'ai posé la question à l'Académie des Sciences et j'attends la réponse.


Très cordialement,
Seraya Maouche

Seraya Maouche

Bonjour,
Réponse au message posté par Aliboron
Je vous remercie pour l'information concernant "corrigendum" et "erratum". J'ai lu la page Elsevier en question.
(http://www.elsevier.com/editors/policy-and-best-practice-errata-and-corrigenda)
Concernant mon texte, je n'ai pas compris ce que vous voulez dire.
Pour les pages web je ne publie pas de notes de réctification mais généralement je donne la date de publication et la date de la dernière modification.
Depuis la publication de mon texte, j'ai corrigé 1) l'âge de Marthe Gautier (l'information donnée par Prof Maisonneuve est plus exacte). 2) J'ai également ajouté à la page un article de presse (l'article de Libération que vous avez cité dans votre premier commentaire) et 3) j'ai activé un lien vers la publication de l'Académie des Sciences.
Ces corrections figurent dans l'historique des modifications sur le site et je ne savais pas que je dois les rendre visibles aux lecteurs.

Si ce n'est pas cela dont vous parlez, je suis intéressée par plus de précisions.

Merci d'avance,


Très cordialement,
Seraya maouche

Aliboron

Rapide suggestion. La maison d'édition Elsevier, signale -en 2011- que les dictionnaires ne distinguent pas les termes corrigendum et erratum, et en propose une définition valable pour ses revues : le site Rédaction Médicale et Scientifique ne semble pas encore avoir consacré de billet aux corrigenda ...[ ce fameux "h", nanomatériau virtuel, déjoue la vigilance des plus avertis : le texte de Seraya Maouche l'atteste en une occurrence - et je ne jurerai pas ne pas avoir succombé à semblable tentation !-].

Sylvain Bernès

Au fait... Pourquoi ne pas demander la publication d'un corrigendum dans les "Comptes rendus" pour, au moins, rétablir l'orthographe correcte de Marthe Gautier dans le tout premier article de 1959?
Pas seulement pour le caractère symbolique de la démarche, mais aussi pour que les liens dans les bases de données n'oublient pas son (vrai) nom.

Il me semble que Jean-François Bach est l'éditeur principal des CR. Qui se charge de faire une lettre bien écrite?

Sylvain Bernès

Pour m'en tenir aux faits, et rien qu'aux faits, j'ai réalisé la demande suivante sur PubMed:
"Gautier M[Author] AND Lejeune J[Author]"
Résultat: 8 articles, entre 1959 et 1969, dont 7 avec J.Lejeune en premier auteur, et 1 avec R.Turpin en premier auteur.

Il conviendrait d'ajouter à ces statistiques le CRAS de janvier 1959, pour lequel les auteurs répertoriés dans PubMed sont:
LEJEUNE J, GAUTHIER M, TURPIN R.

Voilà, ce sont les chiffres.
De manière anecdotique, "Le Bon, la Brute et le Truand" est sorti durant cette période, en 1966.


Aliboron

Sans avoir encore eu le temps de lire le dernier article de Sylvestre Huet sur l'affaire Marthe Gautier ( saluons l'esprit de suite, pas si fréquent dans ce monde sursaturé d'informations) ni l'avis du comité d'éthique de l'Inserm, je tenais à indiquer que de fort intéressantes informations concernant cette affaire en ses multiples aspects étaient évoquées dans les commentaires apportés au premier article de S. Huet, en février 2014 : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2014/02/trisomie-21-les-huissiers-de-la-fondation-lejeune.html

Notamment ceci : "Presque tous les chercheurs à l'époque ont vécu en France des expériences de ce genre. Il y avait de la part des mandarins un non-respect extraordinaire du travail des chercheurs." http://www.histrecmed.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=61:kourilsky-francois&catid=8:entretiens

Sur un autre site on trouve encore cela, qui signale une controverse un peu plus ancienne et autrement plus fondamentale : "La controverse en paternité opposant Marthe Gautier à la Fondation Lejeune a été précédée par une autre controverse, plus feutrée, qui opposa tout simplement Tjio à Levan …soit les deux personnes créditées de la fixation du nombre de chromosomes humains à 46. L’examen de cette controverse éclaire d’un autre jour cette opposant la fondation Lejeune à Marthe Gautier. - See more at: http://www.techniciens-cytogenetique.com/communication-annulee-m-gauthier-aux-assisses-explications-postee-le-090214#respond

Je constate comme Seraya Maouche que la controverse en paternité [soit dit en passant, vu les évolutions technico-sociales, je gage que l'expression "paternité" relativement aux œuvres de l'esprit est appelée à disparaître] est prise ( comme bien souvent) dans une controverse plus large, des procès d'intention de part et d'autre ....

Seraya Maouche

Bonjour,
Merci pour ce billet.
"Les bagarres entre auteurs peuvent durer 50 ans." mais ce qui est vraiment triste c'est qu'après 50 ans, ces pratiques de priver les femmes scientifiques des résultats de leurs efforts existent encore.

L'histoire de Marthe Gautier me rapelle celle de Rosalind Franklin dans la découverte de la structure en double hélice de l'ADN (voir Rosalind Franklin, dépossédée de l'ADN - http://www.franceculture.fr/emission-la-marche-des-sciences-rosalind-franklin-depossedee-de-l-adn-2013-01-03).

Ce qui est regrettable dans ce débat sur la découverte de la trisomie 21 c'est le fait d'introduire dans les débats les positions de Jérôme Lejeun contre l'IVG ou ses relations avec le Vatican. Je ne défends pas Lejeun mais on doit apprendre à analyser les conflits avec objectivité et les prendre dans leur contexte et surtout de ne pas utiliser les positions personnelles d'un auteur sur une question A pour débattre une question B. Donc pour ceux qui défendent Marthe Gautier, je dis vous avez raison de le faire mais restez dans le cadre de la contribution scientifique de chaque auteur et ne pas mélanger cela avec les positions de ces auteurs sur d'autres questions.

Très cordialement,
Seraya Maouche

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations