« Le plagiat sur France Culture en juin 2015 : trop de tolérance du milieu universitaire qui couvre des plagiats... | Accueil | Les 20 ans du BMJ sur internet : première revue biomédicale électronique ! »

mardi 30 juin 2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Merci infiniment pour votre remarque utile et pertinente sur les questions de toxicologie.

Je ne suis pas surpris par votre commentaire, voire inquiet. Il y a des dialogues de sourds, et personne ne veut réellement avancer sur le plan scientifique. Nous aurons des batailles d'opinions pendant longtemps.

ANNETTE LEXA

Etant toxicologue réglementaire, je me permets une petite remarque :
Il y a actuellement une suspicion, voire une dénégation systématique des travaux académiques sous le prétexte qu’il ne répondent pas aux critères de la science reglementaire qui est censée reposer sur des tests robustes, fiables, pertinents, reproductibles) .
Les résultats de la recherche académique doivent être soumis à tout un réseau d’experts en vue d’être utilisable par la science réglementaire.
Alors que les travaux académiques sont bien souvent refaits, critiqués par des pairs, les travaux des industriels ne sont jamais refait, jamais soumis à des pairs (car les données sont protégés par le secret des affaires) , sauf aux agences de régulation.
On sait que pour des cas comme le tabac, les boissons sucrées, le BPA, les pesticides, etc., les études menées par l’industrie sont statistiquement plus favorables, plus rassurants que les études académiques.
Enfin, l’EFSA a édité en 2010 un guide de la recherche bibliographique destiné aux industriels. Ce guide recommande de n’utiliser que des études faites sur des tests standards : dans ses conditions, il est bien évident que l’industrie concernée (puisque c’est elle qui monte les dossiers de demande d’autorisation de mise sur le marché pour ses produits commerciaux) ne trouvera rien, car les études peer review ne sont jamais faites avec des tests standard et car les études académiques utilisent souvent des méthodologies originales. Qui plus, est, si les chercheurs académiques étaient contraints de ne travailler qu’avec des tests standardisés, ils ne trouveraient jamais rien !

Maisonneuve

Bonjour,
Merci pour ces excellentes références que je conseille de lire.. Bonne réflexion sur le mélange entre science et politique par GE Seralini. Sa stratégie est intelligente pour un combat d'opinions. Il est à regretter que cette question soit un combat d'opinions, car la solution ne viendra jamais de bagarres d'opinions. En ce sens ces 2 articles sont très sages, avec de bonnes analyses.
Il y a 3 points sur lesquels j'ai des commentaires :
1) me traiter d'intégriste est amusant car nous demandons la même chose, à savoir la transparence des décisions des revues ; nous sommes en parfait accord sur le fait que les décisions des reviewers et rédacteurs devraient être transparentes, mais peu d'experts militent pour un peer review ouvert.... Avec publications des avis des reviewers; personnellement mes avis sont ouverts et je suis pour le développement de sites comme Publons ;
2) nous divergeons sur un point : je pense qu'il faudrait des expérimentations avec des méthodes correctes pour répondre et éviter les combats d'opinions ; personne ne veut cela car cela supposerait un protocole de recherche fait par GE Seralini, Monsanto et les agences de régulation ; s'ils étaient sages et intelligents, ils travailleraient ensemble pour le bien de tous ; je suis certain que dans 10 ans nous serons dans la même incertitude avec des guerres d'opinions. Je n'aurai pas d'avis sur les OGM tant que des recherches correctes méthodologiquement ne seront pas publiées. GE Seralini et Monsanto sont des manipulateurs et les agences laissent faire........
3) Mélanger science et politique ne fera jamais avancer le débat ; la science ne peux pas répondre en 2015 sur cette question... Restons sage et sachons gérer l'incertitude....
Cdlmt
H Maisonneuve

Thomas Hervé Mboa Nkoudou

Hervé,
Merci pour votre avis que vous avez bien voulu partager dans ce billet. Mais vos conclusions me semble-t-il, sont en opprosition de celles de cet artice paru dans une grande revue de sociologie mexicaine en Avril 2015 et dont voici le lien http://www.revistasociologica.com.mx/pdf/8408.pdf, version qui a été récemment traduite en français et que vous trouverez à l'adresse: http://www.implications-philosophiques.org/pdf/Piron-Varin.pdf

Sans vouloir vous obliger à épouser ces conclusions, il me semble qu'elles sont plus pertinentes à mon humble avis. Par conséquent, je vous serez reconnaissant de prendre connaissance de ce texte et de nous faire part de votre niuvelle position.

MERCI

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations