« La paternité des articles mérite réflexion : comment avoir un meilleur système que celui de ICMJE ? | Accueil | Peer Review week fin septembre 2016 : l'occasion d'avoir la meilleure documentation sur le peer review »

mardi 16 août 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

H Maisonneuve

Merci pour votre commentaire. Effectivement; le dédommagement des reviewers devrait être la norme, que ce soit sous forme d'un avantage, ou de compensation financière.
Un bon reviewer ne peut pas analyser plus de quelques articles par an, compte tenu qu'il faut 7 à 8 h de travail.
La mise en ligne des avis, avec prise en compte de ce travail dans les activités académiques devrait être la première étape. Des revues mettent en ligne les avis de lecture, et Publons avance bien, avec des accords avec des revues. https://publons.com/
HM

Ariadna

Peut etre que l idée de fournir un travail serieux, qualifié, qui prends au minimum 7-8h mais bénévole pose problème ? Les reviewers qualifiés peuvent vite etre submergés de demandes et n ont qu' un interet indirect (ne pas se faire blacklister) à le faire.
De façon générale le systeme parrait injuste (cf benefices d' Elsevier, pas d acces à la connaissance scientifique, pas de remuneration des auteurs ou reviewers etc)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations