« Avis de recherche ! Wanted ! La mafia fait du business avec les publications scientifiques | Accueil | Félicitons l'ANR pour la charte de déontologie et d'intégrité scientifique »

mardi 29 mai 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Merci pour ces commentaires utiles.
Je pense que les documentalistes ne sont pas oubliés, mais plutôt compris dans les chercheurs.
Cdlmt

Caroline

Les documentalistes et bibliothécaires scientifiques utilisent PubMed tous les jours. Ils semblent que nous ayons été "oubliés" dans les données chiffrées. Pourtant nous accompagnons nos chercheurs dans la préparation de leur article, leur thèse, leur revue de littérature, en effectuant le travail préalable de recherche bibliographique : élaboration de la stratégie de recherche avec le chercheur, interrogation des bases de données, rédaction d'une bibliographie, fourniture des articles, etc...

Yves Goulnik

Les recherches utilisateurs ont donc baissé de 10% en 4 ans alors que les accès API ont progressé de 56%, passant de 64 à 75% du total. Au point qu’elles sont limitées depuis le 1er mai à 3 requêtes par seconde par défaut, et 10 par seconde avec utilisation d’une clé d’accès (aujourd’hui gratuite mais qui identifie l’adresse IP du script et donc de l’organisation demandeuse, voir https://ncbiinsights.ncbi.nlm.nih.gov/2017/11/02/new-api-keys-for-the-e-utilities/)
Ça paraît énorme mais de nombreux crawlers font des accès permanents pour aspirer l’ensemble de la base PubMed, moteurs de recherche, IA type Watson et autres services mobiles. C’est donc très limitant, d’autant qu’après vérification sur plusieurs semaines, les mises à jour, quoique erratiques ont lieu en principe une seule fois par jour vers 10h du matin, heure de Paris.

(PS : Les variations entre disciplines scientifiques doivent être no*breuses.)

Gaétan

Bonjour,

La majorité des recherches sur PubMed sont effectuées par des programmes informatiques ("Sub-Total Script/E-Utilities" dans le tableau : 2,5 milliards) car les données de PubMed sont librement réutilisables et sont exploitées par de nombreuses autres bases de données, par des programmes pour de la fouille de données etc. Le logiciel SIGAPS par exemple repose sur les données de PubMed.
Les recherches effectuées par des particuliers sont, au maximum, de 846 millions.
Concernant les indexations, le chiffre de 813 598 concerne MEDLINE uniquement. Pour l'ensemble de PubMed il y a eu 1,2 million de nouvelles références en 2017 ( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=2017%5Bcrdt%5D ). La différence est expliquée ici https://www.nlm.nih.gov/bsd/pubmed.html .

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations