« Les revues prédatrices se professionnalisent, des chercheurs sont complices, les institutions sont amorphes | Accueil | En 40 ans, les titres des articles des revues médicales prestigieuses ont évolué vers les populations plutôt que les individus, et vers une séparation patient / maladie. »

mardi 23 avril 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bravo d'avoir évoqué cette règle des 5.. mais faire lire un jury est parfois ambitieux, car il faut du temps
Cordialement

Nicolas MEYER

Cette proposition me semble aller dans le bon sens ; je l'avais d'ailleurs évoquée localement avec des collègues. Cela permettrait de faire vraiment de la qualité : chaque auteur essaierait de faire 6, ou maxi 7 articles, de manière à pouvoir en choisir 5, plutôt que de publier un maximum d'articles à un niveau parfois discutable. Il ne faut pas oublier que l'on fait tout cela (publier) finalement pour les patients ! Notre carrière est, dans l'idéal, un peu secondaire, après tout. Un mauvais article fait perdre du temps et donc de l'argent à tout le monde. Ensuite, il faut effectivement que les jurys fassent leur boulot et lisent les articles (certains le font) plutôt que d'utiliser des critères inadéquat.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations