« La crise de la reproductibilité : 3 exemples didactiques de Novo-Nordisk ayant cherché à refaire des expériences publiées dans le diabète/métabolisme. | Accueil | Grossesse gémellaire au Lancet : The Lancet Rhumatology et The Lancet Digital Health acceptent les soumissions d'articles »

vendredi 26 avril 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Effectivement, je suis d'accord avec votre commentaire.
HM

laurent vercueil

Bonjour
Concernant le point 8, c'est discutable. Le reviewer peut avoir mal compris l'intention de l'auteur, il faut parfois reformuler les phrases pour clarifier un point. Le reviewer a un oeil critique sur le manuscrit, mais il ne détient pas nécessairement le point de vue définitif. Il peut concevoir avoir porté un jugement inadéquat, si l'auteur argumente de façon pertinente. Il peut alors revenir sur ses demandes de correction, bien évidemment.
Sur le fond, je pense qu'il ne faut pas concevoir le reviewer comme un censeur, mais comme un contributeur qui permettra de faire évoluer le manuscrit dans le bon sens (idéalement...)
bien cordialement
LV

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations