« Publier dans une revue médicale étudiante est prédictif d'une carrière universitaire : exemple de New Zealand | Accueil | Le processus d'examen par les pairs est sans aucun doute l'élément vital de l'édition scientifique : formons les jeunes chercheurs »

mercredi 31 juillet 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Merci pour ce commentaire utile, et bien d'accord
HM

Romain Forestier

tout à fait d'accord pour dire que c'est désolant si c'est fait dans le but d'augmenter artificiellement la différence entre le traitement et le groupe contrôle puisque la plus grosse erreur que puisse faire un essai d'efficacité est de déclarer actif un traitement inutile.
Après, il peut quand même y avoir une maturation dans l'esprit de l'auteur qui se rend compte que je critère qu'il a choisi ne reflète pas de façon optimale ce qu'il cherche à explorer. Un exemple fréquent est quand les deux groupes ne sont pas rigoureusement équivalents au départ malgré une randomisation rigoureuse. si le groupe traitement actif est dans un état clinique plus grave au début que le groupe contrôle (sans que la différence soit significative) et dans un meilleur état clinique à la fin du suivi (sans que la différence soit significative) on donnera peut être une présentation plus fidèle de l'effet traitement en comparant non pas les moyennes (J0 tt actif versus J0 témoin et J2 tt actif versus J2 témoin) mais en comparant la moyenne des différences (J0 -J2 traitement actif versus J0-J2 témoin). Par contre on est d'accord que ce doit être présenté comme une analyse exploratoire et pas comme le critère principal initial.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations