La moitié des articles rétractés en anesthésie le sont pour fraude : généralisable aux autres disciplines ?

CJAVoici le résumé de l'article dont le titre français est : "Raisons justifiant la rétractation d’un article en anesthésiologie: une analyse exhaustive" publié en octobre 2019 par le Journal Canadien d'Anesthésie. L'analyse a porté sur des rétractations d'articles publiés entre 1987 et 2017. La plupart de ces articles été rétractés après 2010.

Trois cent cinquante articles ont été retenus pour l’extraction de données. Les raisons de la rétractation ont été réparties en six grandes catégories. La raison la plus fréquente de rétractation était la fraude (fabrication ou manipulation de données), qui représentait près de la moitié (49,4 %) de toutes les rétractations, suivie de l’absence d’un consentement éthique approprié (28 %). Les autres raisons ayant justifié une rétractation étaient des problèmes au niveau de la publication (par ex. publication en double), le plagiat, et les études présentant des problèmes méthodologiques ou autres au niveau des données mais non frauduleuses. Quatre auteurs étaient associés à la plupart des articles rétractés (59 %). La majorité (69 %) des publications avaient apposé un filigrane sur l’article original afin d’indiquer que l’article avait été rétracté. Les facteurs d’impact des revues, selon le Journal Citation Reports, allaient de 0,9 à 48,1 (médiane [écart interquartile (ÉIQ)], 3,6 [2,5-4,0]), et l’article le plus cité était mentionné 197 fois dans les références (médiane [ÉIQ], 13 [5–26]). CJA 2La plupart des articles rétractés (66 %) ont été cités au moins une fois par d’autres articles de revue après avoir été retirés.

Qu'en penser ? D'abord que 30 % des articles n'avaient aucune mention de la rétractation sur le pdf. C'est trop car ces articles seront utilisés par des chercheurs ignorants de la rétractation. C'est fréquent que des articles rétractés (par une institution) ne soient pas marqués d'un filigrane (RETRACTED) sur le pdf..  Les communications entre universités et revues biomédicales ne sont pas optimales.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer