« Des résumés graphiques suffisent parfois | Accueil | Rigidité cadavérique (6/10) : sauter aux conclusions.. ou le business des faux positifs car trop de chercheurs ignorent les statistiques »

jeudi 10 octobre 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Axel Ellrodt

C'est peut - être une question de goût, mais je dirais : pitié , pas le podcast, ou en tout cas donner alors le texte écrit du podcast !

Le podcast c'est long et pour savoir s'il vaut la peine d'être écouté intégralement, si cela nous intéresse, il faut aller au bout.

Alors que le texte correspondant peut se parcourir en diagonale, permet de consulter les points clef des méthodes et résultats puis peut se jeter ou se lire intégralement.

Mais un texte qui ne serait qu'une retranscription ne serait sans doute pas idéal sauf grande rigueur dans la réalisation du podcast et son contrôle éditorial. Il risque de ne pas être bien structuré , de ne pas se plier aux exigences dont on peut rêver : méthodes bien résumées, risques absolus et pas relatifs, intervalles de confiance, NNT/NNH , et rêvons : taille de l'effet.

Scripta manent, verba volant.

Maisonneuve

Merci pour vos remarques
Ma position est qu'il ne faut pas s'en réjouir ! Revenir aux sources est la base...
HM

Dr MG

Je pense, moi, que la question qui se pose est :
"Des "dessins" et de courts podcasts suffisent ils en lieu et place de la lecture"?

N'est-ce pas tout simplement une adaptation actuelle au fait que de moins en moins de gens lisent?
Déjà que seuls les abstracts sont lus et pas les articles, n'est-ce pas la volonté de poursuivre la "destruction" de l'écrit et de la lecture?
Faut-il s'en réjouir ou se dire que ce qui ne s'adapte pas, meurt?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations