« Twitter ne devrait pas être utilisé pour partager des cas cliniques | Accueil | Un article publié devrait permettre d'obtenir sa thèse de médecine »

mardi 26 novembre 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Marie-Claude Deboin

En 2019, au Cirad (établissement public avec 800 scientifiques), nous avons mené une étude sur le genre homme-femme des auteurs et relecteurs Cirad de publications pour la période 2014-2018 (2018 pour les relecteurs).
En rapportant les résultats au nombre de scientifiques Cirad par genre, on constate que :
1) La contribution des femmes du Cirad aux publications est plus faible que celle des hommes (rapport de 0,86)
2) Alors que la contribution des femmes est double de celle des hommes (rapport de 2,13) pour les thèses, elle est moindre pour les mémoires d’HDR (rapport de 0,84)
3) Les femmes publient plus d’articles comme 1er auteur.e que les hommes (rapport de 1,33)
4) Dans le Web of science (WoS) et Scopus, plus on progresse dans le classement des articles Cirad les plus cités (Top 10%, Top 1%, Top 0,1%), plus la part relative des contributions des femmes Cirad diminue
5) La contribution des femmes aux comités éditoriaux de revues scientifiques est beaucoup plus faible que celles des hommes (rapport de 0,29)
6) La contribution des femmes comme reviewer est inférieure à celles des hommes (rapport de 0,64).
Malgré ses limites (le genre des coauteur.e.s non Cirad n'a pas été étudié), l'étude permet de questionner ce qui se joue dans l'acte de publication : responsabilité, effacement ou prise de pouvoir, (auto)censure, etc.
Pour accéder à l'étude : https://doi.org/10.18167/agritrop/00452

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations