« Que faire si vous voulez publier un bon article envoyé par erreur à une revue prédatrice qui ne veux pas l'enlever de son site | Accueil | BMJ : numéro de Noël toujours surprenant et agréable à lire »

lundi 23 décembre 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Merci à Abopin pour ce commentaire et bien d'accord. Je suis tout à fait d'accord pour diminuer, voire interdire les pesticides (lesquels ? tous J) en respectant les métiers qui en dépendent et aussi les perturbateurs endocriniens... Mais je n'aime pas certains arguments qui font croire que toute est nocif pour la santé, sans avoir de preuves. On vous raconte principe de précaution mais alors commençons par interdire alcool, tabac, sucre, sel tous plus dangereux....

Abopin

Bonjour Hervé,
Merci pour cette prise de position claire. Traiter la question du glyphosate sous l'angle de la croyance est pertinent. Pour autant la question des croyances, autour desquelles se fédèrent des groupes de populations, n'épuise pas le sujet.
Dans le cas du glyphosate, il me semble que la question sociale mérite tout autant l'attention que la question médicale. L'usage du glyphosate n'est-il pas le symbole d'un modèle de développement de nos sociétés désormais massivement contesté ? D'une action délétère de l'homme sur le reste du vivant ? Si l'on répondait par l'affirmative, on pourrait alors soutenir l'exactitude de l'affirmation selon laquelle le glyphosate est "nocif pour l'homme".
Mais pas pour les raisons annoncées...

Maisonneuve

Bonjour,

merci pour votre vigilance. Je viens de relire et vous avez raison. Toutes ces données sont difficiles à interpréter, avec des augmentations et des baisses selon les cancers. Il faut surveiller.
La phrase que vous copiez est exacte et évoque l'incidence.
C'est effectivement la mortalité globale qui est plus faible.

BRAVO pour votre perspicacité. Comme tous, je fais des erreurs qui traduisent des opinions probablement.

Cordialement

Ybotochay

Bonjour,
dans votre éditorial, vous dites : "chez les paysans français, l’incidence des cancers est inférieure à celle de la population générale", mais l'étude que vous citez en référence conclut elle "Overall cancer incidence did not differ between the cohort and the general population" https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28709062. Si je ne m'abuse, c'est la mortalité globale par cancer qui est plus faible chez les agriculteurs, pas l'incidence.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations