« COVID-19 : à l'AP-HP, le DG doit avoir un conseiller marseillais qui a modifié les consignes de signatures des articles | Accueil | COVID-19 : les anglais (BMJ et Lancet) reviennent dans la compétition en montrant que hydroxychloroquine ne marche pas »

lundi 25 mai 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonjour

Il existe beaucoup de bases de ce type, avec beaucoup de données. En France, les bases de l'Assurance maladie ont permis d'analyser Médiator.
Je ne connais pas toutes les bases de ce type, dont celles qui sont à Boston.

Les commentaires que vous pointez sont intéressants et méritent réponses des auteurs. The Lancet devrait publier des lettres dans quelques semaines

Cdlmt

Remi Gudru

https://statmodeling.stat.columbia.edu/2020/05/25/hydroxychloroquine-update/

50 centres européens en annexe, les pays ne sont même pas cités !

Ce ne sont pas des bases administratives, les données médicales sont extrêmement détaillés, cf les tableaux, le tout sur 5 continents. Cette base n'avait pas fait parlé d'elle avant le Covid. Les études de l'IHU ne sont pas crédibles, mais je trouve ce papier pire ! On a juste que c'est dans le Lancet pouf devoir croire sans se questionner ?

Herve Maisonneuve

Bonsoir,

il s'agit d'une analyse de données de vie réelle, à partir de données administratives. Dans les annexes électroniques, il y a la répartition des 671 hôpitaux par continent. La liste doit exister au sein de la société de service qui a fait les analyses.

Il s'agit d'une base de données existante qui est destinée à faire des recherches cardiovasculaires à Harvard, Boston, USA. Donc pas besoin de rechercher des malades. Cette méthode est bien connue, et a d'ailleurs été utilisée pour mettre en évidence les effets indésirables du Médiator à partir des bases de l'Assurance maladie.

L'avantage, ce sont les grands nombres et la diversité des malades, ce qui permet de sortir des hypothèses solides. L'inconvénient, ce sont des analyses automatiques et une efficacité éventuelle doit être confirmée par des essais cliniques.Cette étude ne montre par d'efficacité, mais par contre sur les effets indésirables, elle inquiète.

L'éditorial accompagnant a été écrit par une leader français de la pharmacologie.

Sur le fond, ce buzz a empêché de faire correctement des études, de tester d'autres molécules.

Je fais faire des billets demain à ce propos.

Cdlmt

Remi Gudru

Pourriez-vous vous pousser un peu les investigations sur le papier du Lancet sur l'hcq ? Il a l'air encore plus suspect que les papiers de l'IHU. Comment peut-on faire un papier sur 100.000 patients avec seulement 4 auteurs ? Pas d'aknowledgment. Les hôpitaux ayant participé sont intracables. Les caractéristiques inter centriques sont suspect. La même équipe a fait un nejm en début de mois..

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations