« COVID-19 : le webinar de EASE sur le fonctionnement des revues scientifiques en période de crise | Accueil | COVID-19 : les revues scientifiques françaises ont bien informé les professionnels, et les médias n'ont pas à juger la preuve scientifique »

mercredi 17 juin 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonjour

merci pour ces remarques. Les data papers ne sont pas développés de la même manière selon les disciplines. Vous avez raison pour les confusions. C'est vrai qu'il faut encore développer les standards, les compatibilités, etc... Je crains que du temps soit nécessaire... mais j'aimerais me tromper.

Il y a des revues qui acceptent les data papers, voire des revues ne publiant que des data papers. Je dois mieux regarder cette forme de publications.

Cdlmt

Ségolène Aymé

Merci Hervé pour toutes ces informations et sur l'éclairage donné.
Les pré-print étaient, à l'origine un moyen de défense de l'antériorité, tant il était courant que des éditeurs en chef ou des reviewers refusent ou retardent des parutions pour publier avant. Cette fonction là est très utile. Mais les pré-print devraient rester dans des coffre-forts numérique en l'absence de litige, car toutes leurs autres usages sont désastreux.
Le taux de rejet des journaux est variables mais élevé de toute façon et fort heureusement car il faut filtrer sur la qualité. Car l'avalanche de publication a des effets pervers: c'est une pollution mentale, décourageant de tout lire, donc de saisir l'état de l'art, un must pourtant en science, et permettant aux esprits les moins bien formés de prendre pour des vérités de vrais erreurs ou de vraies falsification.
Vous, comme beaucoup, confondez la publication d'articles et la mise à disposition de données. En cas de crise il faut contribuer autant que faire se peut à l'avancée rapide des connaissances, en s'organisant par grande communauté scientifique. Les outils et concepts de la science ouverte sont maintenant bien en place. Il n'y a plus qu'à...
Les journaux scientifiques ne devraient servir qu'à la publication d'analyses originales, de nouvelles méthodes ou techniques, de synthèses et de papier d'opinion bien argumentés.
Pour que l'évolution se fasse, il faut que la contribution à la production de données soit valorisée en soit, que la participation à des groupes de travail pour définir des standards, édicter des recommandations, réaliser des synthèses soient pris en compte dans les carrières, et que le jugement sur la contribution à la recherche ne soit pas basé exclusivement sur les publications.

Maisonneuve

Bonjour,

nous avons quelques données à partir de preprints de bioRxiv. L'hypothèse serait que peut-être 50 % des preprints ne seront jamais publies par des revues à comité de lecture. Comme les preprints sont pris en compte par des institutions, universités? l'intérêt de les publier peut diminuer.
Je ne sais pas bien

Cdlmt

TAPAS92

Combien de ces pré-publications seront réellement publiées, et dans quelles revues ? Avec Internet aujourd'hui, il restera toujours, qq part, une trace d'un écrit, même scientifiquement nul voire faux ou dangereux. On le savait, le COVID19 n'est qu'une loupe grossissante de ce phénomène. Incroyable (-ment décevant).
Merci pour votre travail, merci pour votre blog

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations