« COVID-19 : le BMJ rappelle que la transparence des données sources n'est pas assez appliquée par les revues (et les Universités ?) | Accueil | Revues prédatrices : des ventes entre ces sociétés entretiennent des confusions... et l'ergonomie s'améliore.. DANGER »

lundi 22 juin 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Futur-antérieur

"Parce que la question du sens de la science ne peut pas travailler les esprits quand on songe à sauver sa peau."

Ah !?

Michaut François-Marie (Exmed)

Le journal du CNRS aurait-il publié une enquête d'opinion qui conforterait l'opinion inverse?
La notion d'effet retard d'une substance est bien connue des pharmacologues.
Et si l'image des sciences dans le public nécessitait un certain temps de latence après la retombée des émotions pour se trouver modifiée ?
Parce que la question du sens de la science ne peut pas travailler les esprits quand on songe à sauver sa peau.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations