Ne parlez plus de revues prédatrices, mais de revues de faible qualité

Dans le cadre des wébinaires intégrité scientifique de l’AP-HP, Nicolas Danchin m’a invité pour évoquer les revues prédatrices. Je me suis basé sur le rapport des 149 académies des sciences publié en avril 2022 (126 pages avec un bon résumé français de 27 pages). Effrayant car la notion de revues prédatrices est obsolète. Ces revues se sont transformées en revues de faible qualité avec la complicité des auteurs. L’avenir est sombre car ces pratiques sont ancrées dans les milieux académiques, et les listes positives ou négatives sont inutiles. J’ai commenté mes diapos en 14 minutes dans la vidéo ci-dessous.

Voici dans l’ordre des diapos, tous les liens de cette vidéo

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

2 commentaires

  • Ils sont gentils le CNRS de conseiller aux chercheurs de publier en diamond open access, mais en médecine il n’y en a presque pas… Il serait dommage de faire peser sur les épaules des chercheurs un problème qui est en fait sociétal et ne se résoudra que lorsque que les ministères et les sociétés savantes se décideront à créer des revues diamond.

    Répondre
  • Bien d’accord, mais le Cnrs ne connaît pas la communauté médicale
    Cdlmt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer