La règle des cinq pour un CV : 5 articles des 5 dernières années que les jurys lisent (lire est mieux que compter des haricots)

Lire est très impopulaire quand on dispose d’indicateurs permettant de comparer… sauf que ces indicateurs n’ont jamais été conçus pour comparer des candidats ou allouer des ressources. Il y a des groupes vertueux qui commencent à changer les comportements des chercheurs, mais cela semble difficile. L’objectif est de remplacer la quantité par la qualité ! Dans Nature du 21 février 2019, un bon point de vue de A Finkel qui expose l’expérience de l’Australie. En une page, il décrit des expériences australiennes, et explique qu’il faut développer l’intégrité de la recherche et des comportements vertueux. Il faut arrêter de compter des haricots, comme l’explique Chris Chambers.

The ‘Rule of Five’ a déjà été adoptée pour certains programmes par l’Australia’s National Health and Medical Research Council

Rule Of Five

Je traduis un paragraphe de son point de vue : « Les établissements doivent tenir compte des appels de plus en plus nombreux en faveur de l’abandon du comptage d’articles et des mesures similaires pour l’évaluation des chercheurs. Une alternative la règle des cinq, démontre un engagement clair envers la qualité : les candidats présentent leurs cinq meilleurs articles des cinq dernières années, accompagnée d’une description de la recherche, de son impact et de leur contribution individuelle. Les chiffres exacts sont immatériels : ce qui compte, c’est l’accent mis sur la qualité. Une poignée d’établissements ont exigé des examinateurs qu’ils envisagent les contributions individuelles plutôt que des listes de publications, et le changement n’a pas été facile. Les examinateurs devraient être mis en garde contre le googling, les h-indices et les listes de citations des individus, par exemple. La persévérance et l’autoréflexion sont essentielles. »

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 commentaires

  • Cette proposition me semble aller dans le bon sens ; je l’avais d’ailleurs évoquée localement avec des collègues. Cela permettrait de faire vraiment de la qualité : chaque auteur essaierait de faire 6, ou maxi 7 articles, de manière à pouvoir en choisir 5, plutôt que de publier un maximum d’articles à un niveau parfois discutable. Il ne faut pas oublier que l’on fait tout cela (publier) finalement pour les patients ! Notre carrière est, dans l’idéal, un peu secondaire, après tout. Un mauvais article fait perdre du temps et donc de l’argent à tout le monde. Ensuite, il faut effectivement que les jurys fassent leur boulot et lisent les articles (certains le font) plutôt que d’utiliser des critères inadéquat.

    Répondre
  • Bravo d’avoir évoqué cette règle des 5.. mais faire lire un jury est parfois ambitieux, car il faut du temps
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer