« Ces scientifiques soudain devenus des femmes et des hommes politiques : un coup de dés futur ? | Accueil | Les 20 ans de BMC mériteraient plus de fanfare pour cette innovation venue de Londres »

jeudi 11 juin 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Umberto Ucelli

Rogntudju !

Je proposerais aussi quoique un peu faible et moins fidèlement descriptives de l'état d'esprit des auteurs:

- pata-analyse (en référence ) la pataphysique

https://fr.wikipedia.org/wiki/%27Pataphysique

- cancr'analyse tant la méthode est absente ou dévoyée.

Le recours des auteurs à de telles méthodes ou à la dénonciation de la mortalité anormale constatée à Paris ou en Alsace (en oubliant les raisons hydroxychloroquinate d'azithromycine - indépendante), en dit beaucoup sur les auteurs et la fiabilité de leurs publications.

Effectivement, les commentaires sur pubpeer sont instructifs.

Quant à l'existence d'une "revue" maison, c'est tout de même époustourifant. Tous les coups sont permis.

Maisonneuve
pomme

A propos de meta-analyse, je suis par hasard tombé sur un article d'un dénommé R Harshey de Yale, parait-il professeur d'épidémiologie et spécialiste des maladies chroniques, publiant dans un journal à l'évidence de copains et coquins Am J Epidemiol vantant les mérites de l'hydroxychloroquine : Early Outpatient Treatment of Symptomatic, High-Risk Covid-19 Patients that Should be Ramped-Up Immediately as Key to the Pandemic Crisis.
Il s'agit d'une méta-analyse... parait-il des données de la littérature... plus de Twitter, Facedebook, à l'évidence que qu'autres choses.
Ainsi va la vie, et les escrocs... ou les imbéciles.

Pierre Rimbaud

J'aime bien l'expression merda-analyse, qui s'applique à tant de publications.
Les revues de littérature sont une chose, les méta-analyses en sont une autre - et les merda-analyses une troisième !
La plupart des papiers dénommés "méta-analyses" n'en sont pas, et pour ma part je vais jusqu'à penser qu'une telle appellation devrait être exclusivement réservée aux ré-analyses de données sources.
Les "pseudo meta-analyses", synthèses de résultats plutôt qu'analyses de données, peuvent néanmoins être de bonnes revues de littérature quand elles satisfont quelques critères méthodologiques - principalement de sélection et de pondération des études retenues.
Quand aux "merda-analyses", ce sont ces revues de littérature partisanes, non réellement systématiques, visant à appuyer une idée préconçue à partir d'arguments choisis. Elles ne mériteraient pas cette dénomination si elles se contentaient de se dire "expert opinion", en signalant qu'elles sélectionnent leurs sources sur d'autres critères que la qualité et l'exhaustivité... ce qui est assurément le cas de l'immense majorité des publications.
Encore une fois, le marché de l'édition scientifique est en cause. Il faut le réformer drastiquement. J'ajoute qu'il n'est pas utile de parler à ce propos de "conflits d'intérêts", ce qui est tout autre sujet, mais simplement de qualité professionnelle et de rigueur scientifique.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations