Rapport de COPE et STM sur les ‘paper mills’ : la soumission d’articles trafiqués est en augmentation

paper mills copeCe phénomène des paper mills est encore peu connu de nos collègues, mais c’est une menace croissante pour l’intégrité des publications. Il faudra de nombreux efforts pour s’en sortir. En juin 2022, ce sont deux organisations, COPE et STM qui ont publié un rapport commun de 16 pages. Ce rapport vient après des séminaires et autres prises de positions de ces organisations : COPE pour Committee On Publication Ethics, essentiellement d’obédience européenne et STM pour Science Technical Medical Publishers, basé en Hollande. Ce sont deux associations supportées par des éditeurs. Le rapport contient des données originales, provenant surtout d’interviews.

This paper concludes that the submission of suspected fake research papers, also often associated with fake authorship, is growing and threatens to overwhelm the editorial processes of a significant number of journals.

Le rapport propose une définition que je traduis ainsi ‘un moulin à papier est le processus par lequel des manuscrits fabriqués sont soumis à une revue moyennant paiement au nom de chercheurs dans le but de leur fournir une publication facile ou d’offrir un statut d’auteur à vendre‘. Il y a ensuite des copies écran d’une société en Lettonie (Latvia) et proposant ce service. Cette société dit avoir publié plus de 12 000 articles. Ils expliquent le processus : de vrais articles (sans mentionner de sources de financements) et les positions d’auteurs à discuter (selon le prix !). La société fait tout…..

Voici les points clés de ce rapport :

  • Les chercheurs sont poussés à publier et, pour certains, il s’agit d’une nécessité pour faire avancer leur carrière. Dans certains pays, l’utilisation de ces services est perçue comme moins inacceptable.
  • Les faux articles sont identifiés à la fois pendant le processus de soumission et après la publication.
  • Il existe des indicateurs, généralement une combinaison de facteurs, que le personnel éditorial peut surveiller pendant le processus de soumission.
  • Des outils et des processus sont de plus en plus utilisés pour identifier les usines à papier.
  • Après la publication, des préoccupations sont soulevées par les lecteurs et après une enquête, qui peut prendre un certain temps, les articles sont rétractés.
  • Les équipes chargées de l’intégrité de la recherche rétractent de nombreux faux articles publiés.
  • La soumission de documents de recherche suspectés d’être faux, souvent associés à de faux auteurs, est en augmentation.

J’ai quelques billets sur les paper mills.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer