Au moins 70 articles rétractés par des auteurs chinois

Un court éditorial du Lancet du 9 janvier 2010 attire notre attention sur une fraude impressionnante dans des articles publiés par des auteurs chinois dans Acta Crystallographica Section E . Un éditorial de ce journal commence par le paragraphe suivant : "Regrettably, this editorial is to alert readers and authors of Acta Crystallographica Section E and the wider scientific community to the fact that we have recently uncovered evidence for an extensive series of scientific frauds involving papers published in the journal, principally during 2007. Although several thousands of structures published in Acta Crystallographica Section E every year will continue to reflect results of serious scientific work, the extent of these problems is significant with at least 70 structures demonstrated to be falsified and meanwhile acknowledged by the authors as such. Our work is ongoing and it is likely that this figure will rise further."

Il s'agit de chimie, et c'est peut-être loin de nos pratiques médicales, mais savez-vous comment ces fraudes ont été mises en évidence ? Par un programme de routine de contrôle des structures chimiques publiées. Rien n'a été détecté par le peer review ! C'est un peu compliqué pour moi, mais imaginons que nos journaux biomédicaux aient des programmes systématiques de contrôle de certaines données….

Harrison WTA et al. Acta Cryst (2010). E66, e1-e2   [ doi:10.1107/S1600536809051757 ]  et  The Lancet. Scientific fraud: action needed in China. Lancet 2010;375:94.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Un commentaire

  • Très difficile en biomédical de dépister les fraudes. Il faudrait pouvoir avoir accès aux données primaires de l’étude pour voir si éventuellement les chiffres ont été créées de toutes pièces, ça un logiciel peu faire (un bidonnage d’un auteur suédois a été démasqué comme ça, AINS et cancer dans le lancet). Il est possible par une analyse des données et en particulier des résultats statistiques de voir des anomalies. Ceci demande du travail. Un bon exemple est la rétractation de Cooperate encore dans le lancet. http://kystes.blog.lemonde.fr/2009/10/13/cooperate-la-chute/
    L’autre possibilité c’est la bonne vieille enquête quand il y a des gros doutes (celebrex et un anesthésiste américain de renom).
    Il est probable que beaucoup d’autres structures de cristallo de cette université disparaissent si on en croit l’édito.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer