Conférence sur l’Open Access en France : merveilleux, mais pas encore en médecine…

OA Gold Physique Janv 2012A mon grand regret, je n'ai pas pu assister à la journée sur "Open Access Gold" organisée le 19 janvier 2012 sur les publications en physique. Le partage d'expérience avec d'autres disciplines est instructif..  ce que j'avais apprécié quand j'étais président de EASE, car dans le board, il y avait des physiciens, géographes, glaciologues et autres science de la terre avec les représentants des sciences de la vie. Les pratiques de publications varient beaucoup entre les disciplines scientifiques. Félicitons les organisateurs qui ont consacré une journée en France sur ce thème (Société Française de Physique, EDP Sciences, CNRS et CEA).

Les diapositives et comptes rendus de cette journée sont accessibles gracieusement, et je viens de tout regarder… en regrettant de ne pas avoir écouté les orateurs. Difficile de résumer : vous connaissez les différences entre AO gold et green… tout est d'accès gratuit, mais dans le gold, l'auteur paye une maison d'édition qui fait du bon boulot, avec un peer review, et pour le green, ce sont les archives ouvertes.  Vous avez les liens sur le site de cette journée.   Des institutions, comme le CNRS, n'ont pas encore de politique.. et je les comprend car il faudra encore du temps avant de savoir si un système est meilleur. Dans le "gold", les auteurs payent et tout est gratuit, mais cela influence-t-il le peer review ? Mon opinion : oui quand on regarde PLoS ONE…..

J'ai découvert de nombreuses ressources à partir de ces diapos, comme le site OpenAIRE de la communauté européenne, la position prudente de la Société Européenne de Physique dans un 'livre blanc', et bien d'autres informations sur ce qui se fait en physique par les maisons d'éditions françaises et européennes. ESt-ce que la communauté médicale en est à ce niveau de réflexion et de maturité ? J'aimerais répondre OUI : il faut une journée semblable sur les journaux OA en France….

Je remercie Mme Agnès Henri de EDP Sciences qui m'a fait part de commentaires : "Nous avons eu près de 120 participants. L'Open Access Gold, parmi les physiciens,  pose plus de questions que de réponses…En effet, les physiciens ont été parmi les premiers à avoir de l'Open Access (Green) avec les archives ouvertes comme celle de Cornell (Arxiv), alors ils sont plutôt méfiants vis-à-vis de l'OA gold…
La matinée a également occasionnée beaucoup de discussion sur l'importance du peer-review (ce que n'offre pas les archives ouvertes) et sur l'utilité des maisons d'éditions (des journaux), le rôle qu'elles auront dans les années à venir : c'est-à-dire sans doute plus un rôle de validation de la carrière d'un chercheur que celui de la diffusion de l'information.
"     J'adhère à ces remarques.

Les conclusions sages de la table ronde :

"Peer-reviewing

  • Il n'existe pas de règles claires. Les pratiques sont très différentes d'un domaine à un autre. Ne devrait-on pas établir un catalogue des bonnes pratiques ?
  • La qualité du peer-reviewing diminue, faute de temps à y consacrer par les chercheurs. La qualité de referee devrait être publique et affichée par les éditeurs, sans aller bien sûr jusqu'à préciser quel article a été évalué et par qui.
  • Le modèle auteur payeur ne favorise pas un peer-reviewing de qualité du fait des conflits possibles.

Dépôt ouverts

  • Attention à la mise à la disposition du public et des média en particulier d'articles non-référés dans certains domaines sensibles qui peuvent conduire à de mauvaises interprétation du public (dans le nucléaire ou l'alimentation par exemple)."

 

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer