Rétractation par Circulation d’un article de cardiologues français

T10394Dans la prestigieuse revue Circulation du 12 juin 2012, des nouvelles d'une équipe de cardiologues français :

For the paper by Rioufol, et al., “Multiple Atherosclerotic Plaque Rupture in Acute Coronary Syndrome: A Three-Vessel Intravascular Ultrasound Study,” Circulation. 2002;106:804–808, the editors have discovered that the authors violated Circulation's Ethical Policy, as stated in our Instructions for Authors:……………………     The authors violated the policy stated above in two ways:

1) The amount of original material in the Circulation manuscript is limited given the preceding publication, “Ruptures multiples de plaques d' atherosclerose dans les syndromes coronaires aigus,” Archives Des Maladies Du Coeur Et Des Vaisseaux. 2002;95:157–165, from which original data has been taken.


2) The previous publication of some material in the Archives Des Maladies Du Coeur Et Des Vaisseaux' paper was not acknowledged within the Circulation manuscript, and no permission from the original copyright holder for the material's use in the Circulation paper was provided.

The editors of Circulation, therefore, retract the paper.

J'aimerais quelques infos complémentaires pour les lecteurs de ce blog :

  • une rétractation 10 ans après publication ne peut se faire que sur des informations fiables… et des articles rétractés après 10 ans, cela existe…
  • quels ont été les enjeux de ces auteurs pour faire cela ?
  • est-ce une ignorance des règles d'éthique des publications par les auteurs ? C'est le plus probable, mais vont-ils alors reconnaître leur erreur ? Il est à noter que les rédacteurs de Circulation signent la rétractation, et que les auteurs n'ont pas signé cette rétractation….. 
  • qui a informé Circulation ? Est-ce une découverte fortuite ? Peu probable..
  • j'ai questionné l'auteur principal..

L'article de Circulation a été cité 382 fois : impressionnant ! La revue française, victime de cette pratique, devrait publier une note pour informer ses lecteurs…  Certaines institutions prennent au sérieux les manquements à l'éthique des publications : devant un cas de ce type, l'institution qui emploie l'auteur mis en cause diligente une commission qui évalue toutes les publications de l'auteur. En France, cette pratique ne semble pas exister, ni au niveau des Universités, ni des CNU….. mais je ne connais pas le fond de ce travail, et je ne peux pas juger. J'ai questionné quelques collègues, mais ils ne savent pas….  aucun argument ne permet de suspecter de mauvaises pratiques.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

4 commentaires

  • Oui, d’avoir republié, mais sans le dire, et sans remercier la première revue de son autorisation, en faisant croire que c’était original… mais il peut exister d’autres raisons…..

    Répondre
  • L’auteur m’a répondu courtoisement, et j’aurais tendance à penser qu’il est plutôt victime (mais de quoi ??). Je le remercie infiniment pour sa réponse. Il reconnaît les faits et son ignorance des règles éthiques il y a 10 ans… Aidons ceux qui admettent leurs erreurs. En 2002, les rétractations étaient très rares, et le contexte différent. Il s’est excusé auprès de Circulation qui n’a pas mentionné les excuses de l’auteur et a pris une décision unilatérale… et les rédacteurs de Circulation n’ont peut-être pas un comportement très éthique… à suivre, car une rétractation après 10 ans ne se fait pas sans raisons…..

    Répondre
  • Il est classique et encore fréquent de considérer qu’une publication en français, surtout dans une revue de discipline dont le redac’chef est souvent au CNU est d’une part obligatoire pour une carrière HU, mais ne compte pas vraiment… Et donc qu’il est licite de republier dans une revue « sérieuse », en tablant aussi sur le fait que les rédacteurs de la revue anglophone-saxonne n’iront jamais trouver la publi française… Ce qui est vrai puisqu’il leur a fallu 10 et sûrement la délation d’un petit camarade. Il est plus prudent (et fréquent) de publier d’abord en anglais, puis de faire un article « Digest » dans la revue française (avec ou sans l’accord de la revue initiale, si on la cite…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer