Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prix éditorial 2013 du SPEPS (Syndicat de la Presse et de l’Edition des Professions de Santé) : soyons fiers et défendons nos revues françaises

Points clés

SPEPSBelle soirée lors de la remise des prix du SPEPS, une occasion pour constater la vitalité de nos maisons d'édition et de nos revues. Vous retrouverez le palmarès sur le site du SPEPS, avec des photos, dont celles des récipiendaires de chaque prix. Le site est bien fait : bravo. Que dire de cette cuvée ? J'en défends le bilan, étant le président du jury, et ayant apprécié le travail de tout le jury.

La soirée a été précédée d'une table ronde sur l'avenir de la presse médicale et scientifique en français. La francophonie augmente dans le monde, et rapidement (croissance de l'Afrique) avec une langue anglaise menacée par l'espagnol aux USA. Notre communauté scientifique doit défendre fortement la presse française. Si les recherches originales sont surtout diffusées en anglais, réalisons que les professionnels se forment en général dans leur langue maternelle. N'en déplaise aux rares défenseurs survivants du DPC, les revues sont un des outils pour se former. Je suis triste d'avoir prévu le crash du DPC…  car le retour au pragmatisme va prendre du temps…

Allez voir le palmarès et vous pourrez cliquer sur les articles pour en obtenir le pdf. J'ai beaucoup appris, notamment sur le cancer de la prostate dont les stratégies aggressives disparaissent, la mort subite du cheval, la réanimation néo-natale, etc… Le grand prix a été attribué à "Le dopage : quel rôle sur le pharmacien ?" : la liste des produits non-dopants doit être plus courte que celle des produits dopants…

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer