Petite séance à la blanchisserie pour oublier les plagiats ! Etonnant ! Quel exemple pour les jeunes !

 MERCI aux nombreux experts qui m’ont alerté ; ils n’assisteront pas à cette mascarade

Attention, la blanchisserie ne représente pas l’Université Paris Descartes

C’est à ces petits arrangements que l’on voit aisément que notre société cautionne des déviances. Soyons clair : le directeur de la thèse de complaisance (eh oui, un plagiat en éthique médicale !) de Mme Marchal-SIxou n’a pas de difficultés pour évoquer en public l’intégrité scientifique. Voire plus surprenant, il organise un séminaire sur l’intégrité scientifique..    Tous les orateurs/complices seront-ils à l’aise ? L’un des orateurs est un chirurgien dentiste de Toulouse qui pourrait avoir le rôle de la lessiveuse. Dites-moi quel sera le contenu de son intervention intitulée : « Quelles mesures pour éclairer la propriété intellectuelle des travaux dans les laboratoires de recherche universitaires en France ? – A propos d’une expérience Toulousaine« …   De quelle expérience toulousaine s’agit-il en chirurgie dentaire ? Est-ce un autre cas que celui de la thèse de Mme Marchal-SIxou… toujours possible ! Je remercie les anonymes qui assisteront à ces journées pour m’éclairer a posteriori.

Les faits : la thèse de complaisance de Mme SIxou a été reconnue plagiée (contrefaçon) par un tribunal en première instance ; en appel, la décision a été cassée (quelques manipulations par des réseaux occultes ont probablement été efficaces, mais je n’ai pas d’arguments). OK, pour l’appel. Le tribunal n’a pas jugé qu’il y avait contrefaçon : OK, j’accepte. MAIS, MAIS, MAIS : Le tribunal a vu qu’il y avait un autre plagiat (contrefaçon), tel que présenté par JM Darde pendant le procès. Il s’agit de pages plagiées d’un livre blanc d’odontologie, et que dit la cour d’appel de Paris, Pôle 5, chambre 12, en page 10 de son arrêt du 23 septembre 2015 ? Voir l’image ci-dessous :

Personne n’a saisi le tribunal et le jury n’a rien dit : pas de problème ! Tous complices ? Les auteurs plagiés ne se plaignent pas puisqu’ils sont complices…. le président du jury était l’un des rédacteurs du livre blanc !

Le blog de JM Darde donne toutes les infos. IL a signalé le le second plagiat (livre blanc). Son blog est beaucoup plus complet que ce que je vous expose. Vous pouvez lire le livre blanc de la recherche médicale en odontologie, et bien regarder les pages 3 à 10 surlignées en jaune (7 pages). Ensuite, vous regardez la thèse dans la discipline « éthique médicale et biologique« , et vous lisez les pages 31 à 40 (9 pages). Je remercie JN Darde pour son travail de surlignage. A la page 40 de la thèse, il y a marqué ‘nous avons sélectionné quelques éléments‘ sans dire la vérité qui est : ‘nous avons copié presque intégralement 10 pages sans citer nos sources’ !

Le premier concerné, le directeur de cette thèse aurait dû réagir en dénonçant le plagiat, selon un principe d’intégrité ! Eh bien, il préfère organiser des réflexions sur l’intégrité, et les moutons viennent ! Vous pourrez consulter le programme, et vous constaterez que des orateurs se sont fait piéger (d’autres ont certainement dû refuser de participer)… Les bons experts en intégrité scientifique ne seront pas là !

Hervé C 2

PS 1 : histoire complexe…  attendons le compte rendu de cette réunion des 23/24 mai ! je me tiens à votre disposition si vous désirez d’autres éléments.

PS 2 : à propos d’autre chose, le harcèlement sexuel, C Duflot a dit  »  » (Les Echos du 12 mai 2016, page 14) : « Des Denis Baupin, il y en a beaucoup à l’Assemblée, donc il faut que tout le monde fasse le travail« .

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer