« "No conflict, No interest", éditorial de JAMA Oncology accompagnant 2 recherches sur les liens d'intérêts | Accueil | Un logiciel peut faire des avis de lecture automatiquement.... Il n'est pas public... le progrès n'a pas de limites »

lundi 12 septembre 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Seraya Maouche

Bonjour,

Nicolas Martin dans l'émission "La méthode scientifique" sur France Culture a discuté ce sujet.

Le Journal des sciences
Le CNRS soupçonné de fraude dans ses publications scientifiques
http://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-table-ronde-dactualites

Cordialement,
Seraya Maouche

H Maisonneuve

Merci pour toutes ces précisions utiles, et surtout tous ces liens. MERCI. Le CNRS semble mieux faire que d'autres institutions... car sur PubPeer il y a des images de cas français pour lesquels rien ne se passe... pas d'investigation des institutions http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2015/11/oupppssss-une-r%C3%A9tractation-%C3%A0-lyon-erreur-.html

L'affaire Macchiarini est intéressante. Je n'ai couvert que la publication Lancet, car je me focalise plutôt sur les revues (en sélectionnant les multiples informations !!!) que sur les cas de méconduites scientifiques. http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2016/02/une-affaire-pas-claire-concerne-un-chirurgien-du-karolinska-institute-stockholm-su%C3%A8de-depuis-assez-longtemps-le-monde-d.html

Seraya Maouche

Bonjour,

A cause de la pratique d'omerta que vous évoquez dans votre billet et ce que Nature appelle "la culture du silence"[1], on finit par remercier les institutions qui décident d'investiguer un cas de fraude alors que cela devrait être la norme!

Le CNRS ou d'autres institutions n'ont pas le choix s'ils veulent protéger l'image de leurs institutions, on voit ce qui est arrivé à la prestigieuse institution suédoise Karolinska, qui a longtemps essayé de protéger sa star de la médecine régénérative Paolo Macchiarini [2].

La "malscience" est un phénomène mondial, il faut arrêter d'ignorer la méconduite scientifique, nous disent Donald S. Kornfeld et Sandra L. Titus dans leur dernier article, publié dans Nature du 31 août [3]. Rappelons que "malscience" est un terme inventé par Nicolas Chevassus-au-Louis dans son dernier livre "malscience – de la fraude dans les labos" (sorti le 1/9 aux Éditions du Seuil), dans lequel il confirme que « 2% des scientifiques reconnaissent avoir inventé ou falsifié des données »[4].

Vous avez évoqué un point très important : "le rapport d'enquête n'a pas été rendu public". Pourquoi? l'ETH Zurich a publié un rapport détaillé dans le cas Voinnet, en anglais et en allemand. Toutes les institutions publient les rapport d'enquêtes même lorsqu'il s'agit d'une fraude scientifique effectuée par des ministres (le cas des universités allemandes).
L'institut Karolinska a aussi publié, ces derniers jours, ses rapports d'enquête en anglais et en suédois[2]. Elle a même lancé une page Web pour suivre chronologiquement le cas Macchiarini[5].

Très cordialement,
Seraya Maouche


[1] http://www.nature.com/news/culture-of-silence-and-nonchalance-protected-disgraced-trachea-surgeon-updated-1.20533

[2] http://blog.ethics-and-integrity.net/?p=666

[3] http://www.nature.com/news/stop-ignoring-misconduct-1.20498

[4] http://fr.blog.ethics-and-integrity.net/?p=738

[5] http://ki.se/en/news/the-macchiarini-case-the-story-so-far

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations