L’inventeur du facteur d’impact, Eugene Garfield, vient de mourir à 91 ans : une fortune grâce à l’ignorance des institutions !

GarfieldEugene Garfield racontait que son facteur d'impact n'avait jamais été inventé pour évaluer les carrières et allouer des ressources… ce facteur d'impact a fait sa fortune, Il est mort le 26 février 2017 à 91 ans. Eugene était un bon communiquant, un homme d'affaires averti, bien qu'ayant eu un doctorat en linguistique structurelle en 1961 (structural linguistics.. ne me demandez pas d'expliquer). J'ai rencontré plusieurs fois cet homme charmant. J'ai visité son entreprise ISI (Institute for Scientific Information) à Philadelphie : un poster immense d'Eugene Garfield dans l'entrée !!! Il parlait un peu français et aimait la France. J'ai des souvenirs merveilleux d'un dîner avec lui. Visiter ISI avant l'ére électronique m'a impressionné : un plateau avec des piles et des piles de revues dont les employés recopiaient et on 'scannaient' les sommaires pour les enregistrer dans une base de données…  Des revues de partout…. !!  E Garfield aimait les données qui n'étaient pas encore big data à son époque. Sa thèse était sur des algorithmes pour transformer des noms chimiques en formules moléculaires…. Sa vie est sur Wikipedia, et de nombreux articles ont été publiés en son honneur. Nécrologie dans Nature par exemple. Citons surtout The Scientist : Scientometrics Pioneer Eugene Garfield Dies; et aussi TS Picks: Remembering Eugene Garfield. Il a été visionnaire dans plusieurs domaines. Il a créé le magazine The Scientist en 1986. Sur YouTube, plusieurs vidéos où il explique son travail, etc… Toutes ses publications, y compris les vieux éditoriaux des Current Contents sont sur un site.

Il a créé ISI en 1955 pour analyser la communication en science. Il a créé une base de données, devenue ensuite Web of Science. Il a publié des analyses de la science et des compilations de sommaires appelées "Current Contents (CC)". CC contenait des reproductions des pages de titre/sommaire des revues ! Pour choisir les revues à indexer dans CC, il avait créé un indicateur basé sur le nombre de citations. Il l'a appelé facteur d'impact. C'était un indicateur de notoriété des revues. Plus tard, les institutions l'ont utilisé….   Garfield a toujours alerté sur la mauvaise utilisation du facteur d'impact et il a beaucoup écrit sur ces dérives. Lisez son article dans le JAMA (4 janvier 2006) intitulé : "The history and meaning of the journal impact factor ". Ses éditoriaux dans les CC étaient passionnants… je me souviens de 'Comment je fais les prix Nobel avec mes indicateurs…". Pour les 50 ans du facteur d'impact, il a enregistré des vidéos qui sont sur YouTube.

Les dérives du facteur d'impact ont fait sa fortune… En 1988, il a vendu ISS à JPT Publishing pour $24 million. En 1982, Thomson Corporation (T Reuters) a acheté ISI et ses indicateurs de citations pour for $210 million. Eugene a travaillé pour Thomson. Le montant de la transaction entre Thomson et Clarivate Analytics n'est pas connu (note : erreur de ma part : voir commentaire ci-dessous).

GarfieldIl n'était pas toujours tendre avec les non-américains, dont les français. Il a publié en 1976 un article dans La Recherche (7 : 757-60) : La Science française est-elle trop provinciale ? Il parlait un peu français. Il était venu plusieurs fois en France pour présenter ses indicateurs, Il accusait les chercheurs français de ne publier qu'en français et de se plaindre que la recherche française n'était pas reconnue..  Il avait analysé en détail les revues françaises en 1976 : je n'ai que la traduction anglaise de cet article !!!

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer