Fraude massive en Chine par environ 500 chercheurs (107 rétractations) ayant conduit à des sanctions majeures….

ChineC'est un article du 28 juillet 2017 dans une revue chinoise, XINHUANET, et cité par RetractionWatch qui explique que près de 500 chercheurs chinois ont été accusés de fraude scientifique. L'article : "China Focus: China announces result of academic fraud investigation." J'ai résumé quelques points de l'article.

Le ministère de la Science et de la Technologie (MST) a annoncé le résultat d'une enquête sur un scandale dans lequel la revue Tumer Biology du groupe Springer Nature a rétracté 107 articles d'auteurs chinois pour une fraude au peer review. Nous avions évoqué ces rétractations en avril 2017. Il s'agit d'articles fabriqués et de fraude au peer-review

Sur les 521 auteurs impliqués, 11 ont été jugés innocents avec 24 encore sous enquête. Parmi les auteurs restants, 486 auteurs ont été reconnus coupables d'inconduites à différents niveaux. Un total de 102 personnes ont été principalement responsables, 70 responsables secondairement et 314 n'ont pas participé à la fraude, selon un responsable du ministère chargé de l'application des règles. Les 314 auteurs, déclarés non coupables de fraude, mais ayant des programmes de recherche ou des récompenses, ont été accusés de négligences dans la gestion des recherches académiques et des publications. Parmi les 107 articles rétractés, deux étaient des plagiats, l'un a été rétracté par erreur et ses auteurs étaient innocents. Au total, 101 articles ont été fabriqués dont 95 ont été examinés par des experts fabriqués (fraude au peer-review avec de fausses adresse email). Douze articles ont été achetés auprès d'institutions tierces.

Après ce scandale, un groupe de travail conjoint a été formé par le MST, le Ministère de l'éducation, la Commission nationale de la santé et de la planification familiale, la Fondation nationale pour les sciences naturelles et l'Association chinoise pour la science et la technologie (CAST) pour enquêter sur cette question. Le groupe de travail a maintenu une «tolérance zéro» envers la malhonnêteté académique et les auteurs ont été sévèrement punis.
Au total, 376 auteurs impliqués dans le scandale ont été interdits par leurs établissements d'entreprendre des programmes de recherche pour des périodes de temps variables. Des promotions ont été annulées, des fonds de recherche récupérés, et des récompenses et honneurs ont été révoqués. En outre, ils seront punis conformément au règlement sur la discipline du Parti communiste chinois et à la réglementation sur le personnel des institutions publiques (pas d'infos, mais nous pouvons imaginer..).

Au début de juillet, le CAST a publié une directive sur l'éthique académique, appelant les scientifiques et les chercheurs du pays à être autodisciplinés et à s'opposer fortement à la malhonnêteté académique. Diverses mesures dans toutes les institutions seront mises en oeuvre !!

La France est un peu différente, car vous pouvez avoir des articles rétractés (cas Voinnet), perdre des médailles pour fraude, mais toujours être membre (non intronisé) de l'Académie des Sciences.

PS du 9 août à 19 h : je viens de m'apercevoir que ce billet avait été plagié ! J'excuse le plagieur qui doit être à court d'idées. Il s'agit d'un billet sur le site du JIM. Le plagiat est partiellement remonté à la source, mais des phrases proviennent de mon billet. Le JIM est un bon média pour les professionnels, et je ne crois pas que ses responsables pratiquent le plagiat. Dans le cas de ce billet, je ne peux pas vous dire qui a plagié car il signe X.B….   un intérimaire du mois d'août probablement ?

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer