Les britanniques en avance sur les autres chercheurs européens pour adopter le système de l’Open Access

Nous avons évoqué hier ce rapport basé sur des enquêtes de plus de 1 000 auteurs. Le titre de ce rapport "Financial and administrative issues around article publication costs for open access. The authors's perpective". Ce rapport a été supporté par Knowledge Exchange (voir ci-dessous). Voici les conclusions principales : 

  • L'Open Access dans la sélection des revues : Dans environ un tiers des cas, les auteurs d'articles dans des revues OA ont Eurosindiqué que les aspects OA avaient un rôle important dans le processus de sélection des revues. Dans une proportion similaire des cas, les aspects OA n'ont pas joué de rôle dans la sélection des articles publiés dans les revues OA. Que la revue soit en libre accès n'a pas été considéré comme important par les auteurs pour sélectionner une revue.
  • Les raisons pour publier en OA : deux raisons pratiques pour la publication OA sont en tête de liste: 1) plus d'exposition et un plus large public pour l'article et 2) la liberté totale de réutiliser, republier et distribuer l'article. Cependant,une raison plus idéologique de soutenir l'Open Access et la Science Ouverte était également une raison souvent citée. En revanche, les exigences des organismes de financement de la recherche, des universités et / ou des exercices d'évaluation de la recherche ont principalement joué un rôle parmi les auteurs britanniques et beaucoup moins parmi les auteurs des organismes de recherche participants dans les autres pays. Ceci est clairement un effet des politiques plus strictes au Royaume-Uni à cet égard.
  • Paiement des APC : les fonds discrétionnaires contrôlés par l'auteur (subventions de recherche et / ou budgets de leurs unités de recherche) sont particulièrement utilisés s'il n'y a pas de fonds APC disponibles ou si les ressources financières ne financent pas d'articles OA dans des revues hybrides.
  • Les articles en OA dans des revues hybrides : les pourcentages d'articles en OA dans les revues hybrides sont inférieurs à 5 % dans les instituts où les auteurs choisissent eux-mêmes cette option d'OA et paient ainsi l'APC demandé. Cependant, les pourcentages totaux d'articles OA dans les revues hybrides sont supérieurs à 10 % dans deux universités avec des offres compensatoires (l'Université Technique d'Eindhoven), ou avec une combinaison d'offres compensatoires et de financement d'APC pour des articles dans des revues hybrides).

Les orientations de ce rapport sont : les auteurs ne comprennent pas bien les APCs, et même s'il y a des fonds, ils ne savent pas bien les utiliser ; les auteurs estiment qu'il y a des difficultés administratives pour utiliser les APCs, et que cela leur prend une heure pour un article ; il est nécessaire de développer cette expertise à partir des bibliothèques.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer