20 % des rétractations demandées par les institutions ne sont jamais faites

RE_A mon avis, les données de ORI (Office of Research Integrity, USA) sont généralisables, car c'est fréquent de voir des articles non rétractés, alors qu'une commission a demandé la rétractation. Dans la plupart des cas de fraudes, il faut beaucoup de temps (10 ans parfois ?) pour que tous les articles jugés faux (fraude ou erreur) soient finalement rétractés… Et je n'évoque pas la citation de ces articles… Pour de nombreux cas de fraude, les articles ne sont pas tous rétractés, par exemple pour Fazlul Sarkar.

Il s'agit d'un article simple, signé par des chercheurs de Boston, et intitulé "Status of retraction notices for biomedical publications associated with research misconduct". Publié dans Research Ethics le 2 janvier 2019. Ils ont consulté les cas de méconduites du site de ORI entre 2007 et 2017, et identifiés 200 articles (65 auteurs) contenant des données fraudées. Ils ont recherché ensuite les notices de rétractations à partir de PubMed à la date de novembre 2017. 41 articles (20,5 %), correspondant à 25 auteurs, n'avaient pas de notice de rétractation, et 11 des ces 41 avaient une correction, un avait une expression de réserves, et deux étaient retirés sans explications…

Il n'y avait que deux articles sur les 41 dont les investigations ORI étaient de 2017…  et la plupart étaient anciens, donc pas d'excuses car ils avaient eu le temps de rétracter. Pour ces 41 articles le facteur d'impact médian était de 4,61 et la moyenne de 6,14 (SD 5,7).

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer