10 à 30 000 morts par an du médicament ne semblent pas émouvoir ni les décideurs, ni les professionnels, ni le public

Le titre de ce billet reprend une donnée française raisonnable (voir page 71 du livre). Il ne faut pas déprimer à la lecture facile d’un livre bien écrit et bien documenté de Bernard Bégaud, spécialiste du médicament. En, fait ce qui est déprimant, c’est l’inertie collective de notre société, incapable de voir que le médicament, et surtout son mésusage, engendre des coûts inutiles d’environ 10 milliards par an. Ce livre est écrit sans être moralisateur ou accusateur : c’est autant le système incapable de reconnaître les problèmes que les hommes. Néanmoins, quelques fonctionnaires, HEC, ENA, etc… sont aux manettes et aveugles car ils raisonnent en silo pour leurs décisions, leurs budgets, etc… C’est bien expliqué. L’auteur Bégauda connu la plupart des scandales, et les relate clairement. Le sous-titre du livre ‘110 milliards d’euros plus tard’ fait allusion au délai entre l’idée et la publication du livre.

Je me permets de citer quelques phrases, parfois sans leur contexte, et qui m’ont plu, car je reconnais le système :

page 8 : ‘On touche là l’omerta bien particulière qui pèse sur le médicament : tout le monde ou presque se satisfait, pour des raisons parfois totalement opposées, du fait que rien ne bouge‘.. Il évoque ensuite le théâtre expiatoire après chaque crise sanitaire… avant que les choses ne reprennent leur cours.

page 24 : L’auteur a expliqué plusieurs fois le calcul des 10 milliards annuels de gabegie (détaillé en annexe du livre), et il n’a pas été écouté en ‘haut lieu’ : ‘Ce contraste, maintes fois observé, entre ces machines d’exception que sont ces élites de la République et leur incompréhension à saisir ce qui paraît a priori évident a toujours été pour moi un sujet de grand étonnement‘..  pour moi aussi !

Les critiques sur le prix du médicament sont très claires, convaincantes, avec des exemples précis. Les Agences ont perdu tout pouvoir ! Et ce n’est que le début d’un dérapage… Les gabegies sont bien décrites : antibiotiques, psychotropes, statines, anti-ulcéreux.. fin de la litanie. Des chapitres sont dédiés au Médiator, au vaccin hépatite B, aux somnifères et au Lévothyrox.

Cet ouvrage reconnaît tous les bienfaits du médicament, n’accuse pas, et rend plus serein vis-à-vis de ces débats interminables sur les liens et conflits d’intérêts, plus délétères qu’utiles.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

4 commentaires

  • Bon, bien, ce n’est pas nouveau donc.
    On aimerait tout de même savoir les solutions :
    comment éviter ces 30 000 morts ?
    comment économiser ces 10 milliards ?
    si on ne sait pas cela, le livre ne sert à rien.

    Répondre
  • La France malade du médicament, ce constat est bien établi.
    Je pose une question iconoclate :
    n’est-ce pas la médecine ( la pensée médicale orthodoxe) qui est malade du médicament ? Où sont les fabriquants de la pensée médicale, que font-ils pour se faire entendre, que font-ils pour que les esprits qu’ils influencent puissent évoluer vers un salvateur pas-tout-médicamenteux ?
    Une médecine entendant elle aussi la mouvance écologique au risque de s’aliéner la force financière de l’industrie chimique, ce serait l’ébauche d’une « solution », dsl ?

    Répondre
  • Mais qu’a-t-il fait lorsqu’il était vice président de la commission nationale de pharmacovigilance ? à part trafiquer les résultat de l’étude cas observé/cas attendus sur le risue d’aplasie médullaire après vaccination hépatite B bien sûr.

    Répondre
  • Rien dans ce livre sur la dépakine ? Scandale trop récent… ou impliquant trop de gens ?
    Et pour Mr Michaut, une question: qu’est -ce que la médecine écologique ? En dehors des bains de siège de Rika Zaraï ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer