Facteur d’impact ou Eigenfactor ou d’autres pour comparer les journaux ?

Dans cet article original d'avril 2010 dans PLoS ONE, les auteurs ont comparé les indicateurs pour évaluer la qualité des journaux médicaux. C'est un article pour spécialistes de la scientométrie qui comparent la notoriété des journaux. Ils ont comparé de 2001 à 2008 l'évolution du facteur d'impact de Thomson ISI, et du score de Eigenfactor, ainsi que du score d'influence des articles, dérivé de Eigenfactor. Cette étude a porté sur 35 journaux internationaux et les nombreux tableaux montrent l'évolution de ces facteurs au cour du temps. Tous ces indicateurs sont sensibles au nombre d'articles publiés par ces journaux, et Eigenfactor est plus sensible que le facteur d'impact…..mais des journaux ayant augmenté les revues générales publiées ont augmenté leur impact.

Des journaux ont augmenté leur facteur d'imapct en réduisant le nombre d'articles publiés dans l'année, ce qui a dû réduire leur influence dans leur discipline…. Cet article est un appel à la prudence pour interpréter ces indicateurs qui sont de plus en plus nombreux : est-ce que le SJR devient plus intéressant ? Scimago Journal Rank. Est-ce que les metrics de PLoS sont plus intéressants ? Est-ce que les impacts de BioMedCentral sont utiles comme Facultyof1000 par exemple ? Et il en existe encore beaucoup d'autres…..comme celui que m'a montré Pierre Durieux et dont j'ai déjà oublié le nom……

Et dire que des hommes ou des carrières sont évalués avec ces indicateurs……..

Rizkallah J, Sin DD (2010) Integrative Approach to Quality Assessment of Medical Journals Using Impact Factor, Eigenfactor, and Article Influence Scores. PLoS ONE 5(4): e10204.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Un commentaire

  • Le facteur d’impact est certainement tres perfectible et sa valeur absolue n’a pas de sens. Neanmoins, son impact est tel qu’il determine la pratique des auteurs qui vont soumettre leurs articles en fonction de lui. Le NEJM recevra les articles le premier, ensuite le Lancet, puis le JAMA etc… Fatalement, les articles publies dans le JAMA auront en general ete rejetes du NEJM et du Lancet et seront donc (en moyenne) un peu moins bons. Dans une specialite comme la mienne (pneumologie), il ne fait guere de doute que la qualite des journeaux suit grosso modo l’IF, et que la qualite de la gestion des manuscripts (reviewing, implication de l’editeur, intervention de statisticiens) va crescendo avec l’IF. Il n’y a aucune commune mesure entre la prise en charge d’un manuscript dans une revue a 3 et une revue a 30.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer