« Rapport 2009 de PLoS : croissance, nouveaux 'metrics' et bientôt profitable | Accueil | BMJ : les auteurs d'articles de recherche vont payer ! BMJ open : un nouveau-né fin 2010 »

mercredi 18 août 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ridde Valéry

J'ai publié plusieurs articles dans les revues BMC et je viens d'avoir un article accepté dans PlosOne. Mes expériences sont plutôt positives. Évidemment, mon intérêt dans ce choix est que les articles sont rapidement en ligne (mais ce n'est pas toujours le cas!) et accessibles gratuitement car je travaille surtout en Afrique où l'accès libre me semble essentiel pour nos travaux. Maintenant comme dans d'autres revues en papier seulement, les révisions par les pairs étaient hétérogènes mais jamais faibles et souvent longues. Pour PlosOne j'ai eu 3 réviseurs qui ont fait des commentaires très détaillés et très utiles, donc bonne expérience pour moi. Mais ce n'est que mon expérience.

Fabrice Gervais

Les PLoS demeurent des revues avec une étape de "peer-review". Ce travail fait par les reviewers est de la même qualité pour toutes les revues, et n'a pour seul critère que la cohérence entre méthodologie/résultats/discussion.
Certes, il n'y a pas de filtre éditorial sur l'intérêt que peut apporter un papier ou non, ce qui ne me choque nullement, car les choix éditoriaux biaisent les papiers en faveur du copinage/sujets à la mode.
Ce qui compte de plus en plus désormais n'est pas seulement de savoir la revue où l'on publie, mais le nombre de fois qu'un article publié est cité.
Les PLoS ont donc le mérite de donner une chance à tous les papiers du moment que le travail scientifique soit rigoureux, mais le devenir de ces papiers dépendra de l'intérêt qu'ils suscitent dans la communauté scientifique.

Gabriel Thabut

La reponse me parait extremement simple, un bon travail editorial impliquant une revue par un statisticien/methodologiste, des conferences editoriales impliquant plusieurs editeurs de bon niveau, et dans lequel le reviewing externe ne joue qu'un role consultatif (mais indispensable) est extremement couteux, mais est le seul systeme a mes yeux susceptible de produire une litterature de qualite. Tres peu de revues en sont capables (a mon avis pour les revues cliniques seules Annals of Internal Medecine et peut etre le BMJ) le font actuellement. Cela coute des millions de dollars pour quelques centaines de papiers par an. Les autres revues n'ont pas les moyens de faire cela et la qualite des articles qu'ils publeint va varier considerablement en fonction de l'editeur en charge de votre article (cela me semble particulierement vrai au JAMA par exemple ou la prise en charge des manuscripts va de bon a nul dans mon experience).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations