Pourquoi la médecine académique accepte les auteurs fantômes ?

C'est la question de J Leo et al dans un journal de sciences sociales, Society, dans un article de juillet 2011. Mais sa définition de l'auteur fantôme ne se limite pas aux auteurs payés par une industrie et dont le nom est oublié… "If a person who should have been listed as an author was left off the byline, then the paper has been ghostwritten". Attention, je connais plein de jeunes dont les noms n'ont pas été mis sur les articles, par exemple lors de publication de thèses par des praticiens qui doivent d'urgence allonger leur liste de titres et travaux…   vous en connaissez ?

L'article qui est d'accès gratuit balance quelques cas sévères avec les liens appropriés. Il dit que remercier des rédacteurs pour leur assistance n'est pas honnête : s'ils sont auteurs, le dire et déclarer leurs liens d'intérêts. Le "Honorary authorship", c'est à dire celui que vous rajoutez sans qu'il n'ai eu de rôle dans l'étude, est moins grave pour J Leo. Les critères d'auteurs du groupe de Vancouver ne sont pas assez stricts, car ils facilitent l'utilisation de fantômes… c'est vrai….

Leo et al. Why does academic medicine allow ghostwriting? A prescription for reform. Society 2011;48:371-375.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer