Prôner l’éthique ne veut pas dire respecter l’éthique

ARD coverHistoire curieuse où l'ignorance des règles d'éthique des publications par P Miossec explique probablement la situation :
1) Une bonne revue, La Revue du rhumatisme, a publié un article intéressant et de qualité signé par P Miossec en seul auteur (2011;78:S154-S156) ; 3 pages… dans un supplément excellent ; cet article est une publication secondaire acceptable selon les termes de la convention de Vancouver ; ce n'est pas une publication redondante ;
2) La publication secondaire acceptable est une excellente pratique pour atteindre un public différent, suite à une publication princeps ; je vous reproduis ci dessous les règles des pages 9 et 10 de la convention de Vancouver (version française).
3) Cette publication est une traduction abrégée d'un article de Annals of the Rheumatic Diseases (ARD; 2011;70:1713-1718), citè discrètement dans le dernier paragraphe, sans commentaires ; l'auteur s'attribue seul la publication ; c'est un expert que nous avons cité parmi les relecteurs du Lancet ; il a répondu courtoisement à mon email, mais n'a pas répondu aux questions :

  • avez-vous averti et obtenu l'autorisation de ARD pour cette publication secondaire ? Ceci aurait dû être mentionné dans l'article français ;
  • avez-vous prévenu la Revue du rhumatisme qu'il s'agissait d'une publication secondaire ?
  • avez-vous eu le consentement des co-auteurs de l'article de ARD pour republier ce travail, et pour qu'ils ne soient ni cités, ni remerciés pour leur collaboration ?  Ceci aurait dû être mentionné dans l'article français ;
  • est-ce que cette excellente initiative a été publiée dans d'autres langues ?

4) L'article de ARD était signé par le GREES qui est le Group for the Respect of Ethics and Excellence in Science, regardez :

  ARD Miossec

On peut appartenir à un groupe d'éthique et ignorer l'éthique des publications…   Dans ARD, P Miossec n'a pas de liens d'intérêts, alors qu'il déclare un lien avec une firme dans Revue du rhumatisme…  d'ici à supposer qu'il a été honoré pour la traduction, c'est normal et cela ne me choque pas…  mais tout ceci devrait être très transparent et le groupe des auteurs de ARD doit être informé et donner son accord.

Je ne doute pas que P Miossec va adresser une courte note à la Revue du rhumatisme pour préciser l'origine du texte, que tous les auteurs avaient donné leur accord, ainsi que la revue ARD. C'est simple, cela respecte les lecteurs, et montre le professionalisme de tous. Nous aimons les bonnes "publications secondaires acceptables".

Miossec P. Biomarqueurs et médecine personnalisée au cours de la polyarthrite rhumatoïde : vers un changement historique. Revue du rhumatisme 2011;78:S154-S156.

Miossec et al, on behalf of the GREES. Biomarkers and personalised medicine in rheumatoid arthritis: a proposal for interactions between academia, industry and regulatory body. Ann Rheum Dis 2011;70:1713-1718.

 Extraits traduits (2010) de la Convention de Vancouver qui ont été actualisés depuis les premières versions de 1990 :

LA PUBLICATION SECONDAIRE ACCEPTABLE

Certains types d'articles, tels que les directives émises par des organismes gouvernementaux et des organisations professionnelles, pourraient avoir besoin de toucher le plus de gens possible. Dans ces cas-là, les rédacteurs publient parfois délibérément des articles déjà publiés dans d'autres revues, avec l'accord des auteurs et des rédacteurs de ces revues. La publication secondaire pour diverses autres raisons, dans la même langue ou une autre langue, en particulier dans d'autres pays, est légitime et peut être bénéfique pourvu que les conditions suivantes soient respectées.

1. Les auteurs ont reçu l'approbation des rédacteurs des deux revues (le rédacteur concerné par la publication secondaire doit posséder une photocopie, un tirage à part ou le manuscrit de la première version).

2. La priorité de la première publication est respectée par un intervalle de publication d'au moins une semaine (sauf accord contraire entre les deux rédacteurs).

3. L'article de la publication secondaire est destiné à un groupe de lecteurs différent ; une version abrégée pourrait être suffisante.

4. La version secondaire reflète fidèlement les données et interprétations de la première version.

5. Une note en bas de la page de titre de la version secondaire informe les lecteurs, les pairs et les centres de documentation que l'article a déjà été publié en totalité ou en partie et stipule la référence de la première publication. Une note appropriée pourrait être formulée ainsi : « Cet article s'inspire d'une étude précédemment publiée dans [titre de la revue et référence complète] ».

L'autorisation d'une publication secondaire doit être accordée gratuitement.

6. Le titre de la publication secondaire doit indiquer qu'il s'agit d'une publication secondaire (republication complète, republication abrégée, traduction complète ou traduction abrégée) d'une première publication. Il est à noter que la NLM ne considère pas les traductions comme étant des « republications » et ne cite ou ne classe pas les traductions lorsque article original a été publié dans une revue qui est classée dans MEDLINE.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer