« 28 revues de rééducation ont publié le même éditorial pour inciter les auteurs à utiliser les lignes directrices pour écrire des articles de recherche | Accueil | Supportons The Lancet pour son combat pour la paix : des amis de Iain Chalmers tués à Gaza »

lundi 11 août 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Aliboron

En attendant le DSM VI et la reconnaissance du syndrome de stress israélo-palestinien ( grâce à la mise au point qui ne saurait tarder d'un traitement...miracle), voici quelques remarques. D'abord à propos de la lettre ouverte de Paola Manduca, Ian Chalmers et alii. Cela rappelle la lettre ouverte écrite par Hilary et Steven P. Rose et publiée dans The Guardian le 06 avril 2002 , signée par 123 autres universitaires ainsi que par 23 artistes et écrivains elle appelait à la suspension de la collaboration des universités et des organismes de recherche européens avec ceux d'Israël" (cf wikipedia BDS). Peu relayées en France, me semble-t-il, les mouvements d'opinion générées alors par les interventions israéliennes ont affecté la société britannique à différents niveaux parfois de façon assez large. ( Il y avait là un héritage de la lutte contre l’apartheid, du fait des liens historique ayant existé entre la Grande Bretagne et l'Afrique du Sud).
En France la situation est bien différente. Dans un livre récent, Pascale Boniface critiquait ainsi la frilosité française quand il s'agit de relayer les évènements relatifs au conflit israélo-palestinien ( je rajouterais : son manque de précision,l'aspect idéologique l'emportant sur les aspects historiques, techniques, commerciaux, douaniers...). De la même manière, on ne trouve que peu d'articles dans la grande presse documentant les prises de position de l'’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine). Le Free Speech movement initié à Berkeley n'est pas épargné par de semblables restrictions. Au Canada également, Jon Thomson s'était fait l'écho de semblables difficultés comme en témoigna en 2011 un compte rendu de son livre No debate : The Israel lobby and Free Speech at Canadian Universities cf http://www.scienceforpeace.ca/book-review-no-debate-the-israel-lobby-and-free-speech-at-canadian-universities

Je dois avouer apprécier les prises de position de Rony Brauman sur ce sujet comme sur d'autres.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations