Limites de la transparence dans les biais et liens d’intérêts ? Doit-on savoir si l’auteur d’un article sur la circoncision est lui-même circoncis ?

Dans le JAMA du 20 août 2014, encore un point de vue sur la question des liens d'intérêts des auteurs : que faut-il déclarer ? D Shaw, Bâle, nous interpelle. Les auteurs ne savent pas bien déclarer. Cet article insiste sur tous les liens non financiers qui sont tout aussi importants que les liens financiers, et qui sont insuffisamment déclarés. L'auteur expose plusieurs exemples vécus :

  • dans un article sur l'ajout de fluor dans l'eau (l'ajout de fluor serait un traitement, donc non permis par la loi), faut-il que l'auteur dise s'il a reçu du fluor dans son enfance et s'il a des séquelles (dents jaunes)… l'auteur étant enseignant pour des dentistes….
  • un auteur qui écrit sur la circoncision, doit-il dire s'il est ou non circoncis ?
  • dans un article sur l'allaitement maternel, faut-il spécifier si, dans sa famille, les femmes allaitent habituellement (liens des ascendants, descendants….) ?
  • dans un essai sur un anticancéreux, faut-il dire s'il y a un cas similaire de cancer dans sa famille ?

Tous ces exemples sont mieux exposés dans l'article et posent de bonnes questions. Nous sommes parfois très influencés par des situations qui devraient être connues des lecteurs.

This might seem to be going too far in the pursuit of transparency, but it should not really be surprising that one’s own deeply personal medical experiences might play a significant role in affecting one’s assessment of evidence.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 commentaires

  • Bonjour,
    Il faut, me semble-t-il, différencier un article rapportant un essai clinique où ce sont effectivement les liens financiers et académiques qui doivent être rapportés et un éditorial où, parfois, des données personnelles sont nécessaires.Prenons l’exemple de la circoncision effectivement : si le patient est circoncis pour des raisons religieuses il doit le dire.
    Mais il y a des limites à la transparence car les liens d’intérêt de l’épouse sont demandés et pas ceux des maîtresses… Ou alors il existe des inimitiés personnelles tenant parfois à des conflits amoureux qui ne sont connus de personne ou de quelques initiés et qui ne seront jamais déclarés….
    Bien à vous.

    Répondre
  • Bonjour, merci pour votre commentaire. L’exemple de la circonsicion concerne l’auteur et pas le patient. Est-ce que l’auteur est circoncis ? Bravo pour vos réflexions sur les maîtresses : bien d’accord… Pensons à notre président Hollande à ce propos (j’évoque les maîtresses et pas la circoncision).
    H Maisonneuve

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer