Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’autosuffisance des dictateurs des facteurs d’impact cache leur ignorance de la bibliométrie

Points clés

Med TherJe remercie la rédaction de Médecine Thérapeutique qui a accepté de publier mon éditorial (mai 2015), dont le titre est celui de ce billet. Je vais être critiqué ; j'aimerai que les critiques soient explicites pour engager un dialogue… Je propose 3 points dans l'éditorial : 

  1. 1) Les facteurs d'impact, dont celui de Thomson Reuters, sont de bons indicateurs pour évaluer la notoriété des revues, mais ils ne peuvent pas évaluer les recherches et faire les carrières ; naïveté !
  2. 2) Les almetrics, ou altmetrics, sont de bons indicateurs pour évaluer la notoriété des articles, mais ils ne peuvent pas évaluer les recherches et faire les carrières ; et pourtant je vois bien la communauté universitaire s'émerveiller quand elle aura compris que les almetrics veulent remplacer les facteurs d'impact ; naïveté !
  3. 3) Je défends DORA (Declaration On Research Assessment), mais DORA demande du travail pour tous les acteurs qui veulent évaluer la recherche…   DORA commence à être compris et utilisé… proposons aux naïfs de se réveiller ! Et depuis peu, le manifeste de Leiden est à considérer.

Je 'n'ai pas donné mon avis sur SIGAPS : attendons que la communauté se réveille !

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

3 commentaires

  • Je suis en accord avec la majorité du contenu de l’édito, mais c’est pesant de présenter et défendre ces idées puis de devoir dans la majorité des cas, avoir l’obligation de mettre l IF des revues après ses publi dans son CV.
    Demeurer honnête dans ses publi, méticuleux, tout étant obligé de mettre des auteurs qu’on a jamais rencontré, qui connaissent à peine l’existence de l’étude. Souvent ceux qui se retrouvent avec (>200 publi) en milieu de carrière.
    Les dictateurs existent, et le manifeste de Leiden…., ils ne connaissent pas ou s’en moquent. En attendant, vive les positions schizophréniques pour espérer décrocher, un contrat, une subvention, un poste.

    Répondre
  • Comment évaluer les chercheurs alors? Le problème des métriques souffre d’un biais majeur, si l’article est de faible qualité mais porte sur un topic à la mode, il sera beaucoup lu, un excellent article mais sur un thème très étroit (une maladie orpheline sur laquelle personne ne travaille) ne sera que très peu téléchargé. Sigaps semble apporter une réponse intéressante en pondérant le facteur d’impact par la discipline, mais reste une solution franco-francaise. Le facteur d’impact finalement, c’est un peu comme la démocratie, le pire des système à l’exception des autres…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer