Registered Reports : un peer-review d’avenir pour sauver un système de publications à la dérive ?

J'ai eu l'honneur d'être invité en février 2017 par le Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL) avec d'autres orateurs pour une journée sur l'intégrité scientifique. Bonne mentalité dans ce centre, cela se voit ! Le directeur, Olivier Bertrand a bien accueilli les plus de cent participants, et a situé les développements de l'intégrité en France.

RRChristophers Chambers, Professor of Cognitive Neurosciences, Cardiff University, UK, était l'un des orateurs, et il a bien présenté les Registered Reports: "A vaccine against publication biais?". C'est un mouvement important qui mérite considération. Ce modèle de Registered Reports, que j'ai expliqué en 2015 avec l'article fondateur de Cortex (de C Chambers, en 2013), semble se développer. Il se développe lentement, mais sûrement.

Les diapos de C Chambers sont intéressantes, mais peut-être difficiles à suivre sans les commentaires. Les questions (FAQ) sont utiles. J'ai repris ci-dessus une image sur l'explication des Registered Reports sur le site du Center for Open Science (COS) à Charlottesville (USA). Le COS détaille ce modèle avec un peer review en 2 étapes : sur introduction et méthodes le plus tôt possible, un engagement de recevoir le manuscrit final appelé IPA (In-principle acceptance), la décision finale est ensuite faite sur le manuscrit avec résultats/discussion, que les résultats soient négatifs ou positifs. Le site de COS permet de voir la liste des revues qui pratiquent ce peer review en 2 temps : ce sont ssurtout des revues de neurosciences, sychologie, cognition. Il y a des revues prestigieuses dans cette liste;

 

Je participe à des réunions sur l'intégrité, et j'ai une impression : ce ne sont pas les bonnes cibles dans la salle ! Il me semble que ce sont les deux extrêmes de la courbe de Gauss qui organisent ces réunions : soient ceux qui sont intègres, comme le CRNL qui m'a invité, soit les vrais bricoleurs pour lesquels la cause est perdue… Ils ont le bricolage dans les gênes du labo.

Le ventre mou de la courbe de Gauss serait la meilleure cible, mais ils sont occupés, ils 'connaissent' et sont peu enclins à perdre du temps sur l'intégrité !

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer