Est-ce qu’un rédacteur médical peut soumettre un article par délégation de l’auteur correspondant ? OUI, pour moi

MedWrtitingLe numéro de Juin 2017 de Medical Writing, revue de EMWA, est sur les Medical Devices. De nombreux articles sur ce thème, ainsi que d'autres articles des rubriques régulières.

Bonne réflexion de Philip Leventhal sur une question qui se pose parfois : Can a medical writer submit a manuscript on behalf of a corresponding author?. Il m’est arrivé de soumettre des articles alors que je n’étais pas l’auteur.. les revues acceptent.

Pourquoi cette situation : les auteurs n’ont pas le temps, ne savent pas bien faire les soumissions en ligne ; et si les auteurs ont demandé à un rédacteur médical d’écrire un manuscrit, pourquoi ne pourrait-il pas aussi soumettre le manuscrit au nom des auteurs ?

Comment cela se passe : soit parfois l’auteur correspondant donne ses codes (de la revue, voire son adresse email) au rédacteur médical qui soumet en faisant croire que c’est l’auteur correspondant…  c'est une pratique commune, mais ce n'est pas formidable ; soit des systèmes de soumissions acceptent que l’auteur correspondant ne soit pas listé parmi les auteurs, mais seulement remercié (tous les auteurs ont des copies des emails). Cette seconde option est meilleure.

Que disent les recommandations ? Elles ne sont pas très explicites : l’ICMJE qui n'évoque pas cette pratique, ce qui suppose que l'ICMJE n’autorise pas cette pratique ; par contre les recommandations dits GPP3 sont claires et listent la délégation pour la soumission parmi les tâches d'un rédacteur professionnel.

Quels sont les conseils de Phil ?

  1. Persuader l’auteur correspondant de soumettre lui-même ; c’est la meilleure situation ;
  2. Ajouter le rédacteur médical parmi les auteurs et il devient l’auteur correspondant ; le rédacteur médical ne satisfait pas souvent les 4 critères de paternité des articles ;
  3. Permettre clairement aux rédacteurs médicaux de soumettre par délégation, et faire évoluer les recommandations ICMJE pour les mettre en accord avec les GPP3.

Les rédactions des revues n’ont pas toujours une position exprimée sur ces pratiques.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

2 commentaires

  • Quand je vois comment il est difficile d’obtenir des financements pour juste faire de la recherche (matériels, salaire assistants…). Ce genre de question me dépasse totalement, une sorte de problème éthique de riche.

    Répondre
  • Merci pour votre commentaire. Effectivement, c’est un problème de riches. Cette pratique est celle des industries qui supportent des universitaires occupés.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer