Des revues prédatrices indexées par PubMed…. plus fréquent que vous l’imaginez

Lancet predatoryCela est clair, mais pas toujours admis par certains experts. Une lettre dans The Lancet le 19 août 2017 reprend et actualise des données sur la présence d'article de revues prédatrices dans la base PubMed. En avril 2017, les revues prédatrices indexées représenteraient  des 23,7 % des revues prédatrices en rééducation, 16,1 % en neurosciences, et 24,7 % en neurologie. Ces chiffres augmentent régulièrement.

Les auteurs italiens demandent à PubMed d'être plus strict sur l'indexation des revues. Ils suggèrent de se rapprocher des critères du DOAJ, de Scopus, et MEDLINE. Le titre de cette lettre : "PubMed should raise the bar for journal inclusion". En fait, les auteurs de cette lettre ont publié deux articles en 2017 avec le même objectif et beaucoup de données : en neurologie/neurosciences avec un article "The surge of predatory open-access in neurosciences and neurology" publié dans Neuroscience, en rééducation avec un article "Predatory open access in rehabilitation" publié dans Arch Phys Med Rehabil.

S'ils avaient fait la même étude avec Google Scholar, je vous laisse imaginer…. Catastrophe….  Trop de chercheurs se contentent de Google Scholar…   OUi, c'est utile mais tout à fait insuffisant… Il faut apprendre à faire une recherche documentaire.

Qu'en est-il des autres disciplines ? Au moins équivalent…. donc 15 à 20 % des revues prédatrices seraient dans PubMed… et certainement bien plus dans Google Scholar.

Un argument de plus pour faire comprendre aux évaluateurs qu'il faudrait lire les articles plutôt que de compter des haricots….. ou utiliser des méthodes d'astrologie.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

3 commentaires

  • Bonjour Hervé,
    Merci pour ce billet. Je dois dire qu’il me perd un peu. J’étais resté au fait d’être protégé de ce type de revue en ne lisant ou ne visant lors d’une soumission que des revues indexées. Pourriez vous redéfinir ce qu’est une revue prédatrice?
    Bien cordialement

    Répondre
  • Bonjour,
    Dans Nature aujourd’hui à propos de ce type de revues :
    Illegitimate journals scam even senior scientists
    http://www.nature.com/news/illegitimate-journals-scam-even-senior-scientists-1.22556
    En réponse à la question de M Thomas, l’Américain Jeffrey Beall tient une liste à jour de ces revues prédatrices.
    http://beallslist.weebly.com
    Dans le dernier livre de Nicolas Chevassus-au-Louis, le chapitre « dans la jungle de l’édition scientifique » est dédié à ce sujet.
    Bien cordialement,
    Seraya Maouche

    Répondre
  • Un exemple de ces revues :
    J’ai reçu ce message alors que je n’ai jamais publié ou « reviewé » pour ce journal BAOJ Bioinformatics !
    Le message est signé par une certaine Emma, sans téléphone, ni adresse. Elle appartient à cet éditeur https://bioaccent.org/aboutus.php
    Ce qui est drôle est que d’habitude les éditeurs sérieux demandent d’abord à un reviewer avant de lui envoyer le manuscrit, mais dans le cas de cette Emma, elle m’a envoyé dès le premier contact le manuscrit en PJ !
    ———- Forwarded message ———-
    From: BAOJ Bioinformatics
    Date: Mon, May 15, 2017 at 11:43 AM
    Subject: Review Assignment
    To: Seraya Maouche
    Dear Seraya Maouche,
    Greetings form Bio Accent Group.
    Title: Gene Enrichment Analysis – Exploring Functional Relevance of Genes Obtained from High-throughput Technologies
    Reference Num: BAOJBI-RW-17-003
    I would like to request you to kindly go through the attachment and send your valuable review comments on or before May 20th, 2017.
    Feel free to contact us for any queries.
    Hope to receive your support for the grant release of inaugural issues.
    Please acknowledge this mail within 24 hours.
    Sincerely,
    Emma

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer