Bon exemple de l’Inserm qui a signé DORA : imaginons que les Universités abandonnent le facteur d’impact ! Un rêve ou un cauchemar ?

DORA InsermC'est une excellente nouvelle, et félicitons le PDG de l'Inserm, Yves Lévy, pour avoir signé DORA : Declaration On Research Assessment. Le communiqué de presse est du 29 juin 2018. Vous trouverez toutes les informations sur le site de DORA, mouvement qui est mieux connu en Amérique du nord et au Royaume-Uni qu'en France. La plupart des membre des CNU privilégient encore le facteur d'impact d'une revue pour nommer des candidats.

En médecine, il y a le pire avec le système SIGAPS (système d’interrogation, de gestion et d’analyse des publications scientifiques) qui alloue des ressources aux établissements hospitaliers en fonction des points SIGAPS… une course malsaine, et le rapport de la cour des comptes n'a pas été tendre. Attention, SIGAPS est un bon système bibliométrique, mais très mal utilisé par les hôpitaux et CNU.

J'ai souvent évoqué DORA dans mes billets. Je vous engage à visiter le site DORA et lire la déclaration en entier. La première recommandation est simple, et je l'ai traduite :

N'utilisez pas d'indicateurs basés sur des revues, comme les facteurs d'impact des revues, comme critère de substitution de la qualité des articles de recherche des chercheurs, pour évaluer la contribution d'un chercheur en particulier ou dans le cadre de décisions d'embauche, de promotion ou de financement.

Je remercie Elisabeth Adjadj

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

6 commentaires

  • Il s’agit d’une immense hypocrisie. Si l’INSERM ne regarde pas l’IF pourquoi on nous demande dans toutes les évaluations de mettre l’IF? de mettre le top 10 et Top5. Quel évaluateur en dehors de son domaine est capable de lire toute la production d’une équipe ou d’une unité un peu volumineuse? Si on veux faire ça, il va falloir augmenter le nombre d’expert et le temps donné.
    La bibliométrie permet aux administratifs de juger les scientifiques et les chercheurs sans avoir à se préoccuper de la qualité de la science. Ils ne sont pas prêt à lâcher ce bout de pouvoir.
    DORA est une vaste fumisterie, c’est une forme de greenwashing adapté à l’évaluation scientifique.
    Je croirais à la démarche quand biblioinserm ne sera plus abonné au WOS. Je ne crois pas que ce soit pour demain.

    Répondre
  • L’hypocrisie règne, en effet, et pas seulement du côté mentionné para Stéphane Burtey. Il y a des journaux signataires de DORA qui continuent à faire de la publicité pour leurs FIs…Ce que j’attends (et cela pourrait se produire assez rapidement), c’est de voir le premier éditeur important demandant de manière volontaire sa désinscription de la liste des FI publiée chaque année par Clarivate Analytics. De manière ironique, ça ferait du bruit dans Landerneau !

    Répondre
  • Bonsoir
    je vous rejoins pour cette hypocrisie.
    Les mouvements sont rares, mais je rappelle que les revues de l’American Society for Microbiology (ASM) ne mentionnent plus les facteurs d’impact sur leurs sites internet depuis deux ans http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2016/09/les-prestigieuses-revues-de-lasm-american-society-for-microbiology-abandonnent-le-facteur-dimpact-vi.html
    Je viens de vérifier sur 2 des 17 revues de l’ASM : pas de facteur d’impact sur les sites.
    Bien sûr, je ne vois pas les grandes maisons d’édition suivre le mouvement.
    Cdlmt

    Répondre
  • D’accord pour discuter les limites du système actuel basé sur la « tyrannie de l’IF », mais SIGAPS avait déjà l’intérêt de proposer une vision homogène d’une discipline à l’autre (même s’il y avait un facteur *10 entre les IF des tops revues de cardio vs neurochir, les deux étaient reconnues en SIGAPS A).
    Et si DORA semble aussi plein de bonnes intentions que l’exploratrice, je ne vois toujours pas de système alternatif plus juste de proposé.
    «La démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres.»

    Répondre
  • Bonsoir,
    merci pour votre commentaire, SIGAPS, comme d’autres indicateurs, mesure la quantité, les citations, alors que DORA pousse l’évaluation de la qualité. C’est un choix difficile.
    Cdlmt
    H Maisonneuve

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer