Les 150 ans de la revue  »Nature » avec ses combats, ses triomphes : une bonne lecture de vacances

NatureLa lecture de l'histoire de la revue Nature est un réel plaisir en vacances. Cet ouvrage est un travail d'historien avec des citations, des lettres d'archives pour illustrer ce qu'est la revue Nature. Est-ce une institution anglaise ? Dès le début, trois villes, Londres, Cambridge et Oxford ont influencé les rivalités entre les chercheurs. Nature a été au début le terrain de tergiversations, car pour le premier rédacteur en chef, Sir Norman Lockyer (astronome), c'était une revue pour informer les hommes de loi sur les développements de la science. Mais Nature avait des compétiteurs, et rapidement Nature est devenue une revue pour les hommes de science. Plus tard, un débat a généré des conversations : fallait-il dire 'Scientist' ou 'Sciencer' pour qualifier ces 'hommes de science' ? Les controverses ont été nombreuses, avec des arguments divers.

L'influence de quelques hommes a été importante, dès la création de Nature en 1869, que ce soit le rédacteur en chef, qui a régné pendant 50 ans, et cédé la main à 82 ans… avec difficulté, ou que ce soit la famille Macmillan qui avait une entreprise de livres scientifiques. Les premières années ont été difficiles, avec des pertes d'argent, mais plus tard, Macmilllan a utilisé Nature pour faire de la publicité pour les livres, ce qui a permis à Nature de survivre.

Entre 1869 et ce jour, il y a eu 7 rédacteurs en chef qui ont tous laissé leur marque sur la revue. Certains ont changé les rubriques, la présentation, le sommaire, mais tous ont oeuvré pour la science britannique d'abord..  avant l'internationalisation au moment de la première guerre mondiale. La création de Science est de 1880 à New York, avec l'objectif de faire aussi bien en Amérique du Nord que ce que faisait Nature en Angleterre…   les deux revues étant hebdomadaires.

Rutherford a eu une influence forte sur nature, et l'on voit les relations avec d'autres chercheurs, dont des français comme Becquerel et Marie Curie. Nature a beaucoup publié aux débuts de la radiologie. Puis entre les deux guerres, et pendant la seconde guerre mondial, Nature a critiqué le gouvernement Nazi.. et Nature a été enlevé de toutes les bibliothèques scientifiques allemandes. En 1953, Watson & Crick sur la structure du DNA (Cambridge). Les grands articles sont accessibles sur le site de Nature. Dans les années 1960 / 1970, Nature est devenue une revue internationale avec un accent British. En 1973, après l'éviction de John Maddox, le peer review a été mis en place. J Maddox reviendra comme rédacteur en 1980 jusqu'à 1995. Ensuite Philip Campbell (astrophysicien) a été nommé rédacteur et il a terminé son mandat en juillet 2018 (il est né en 1951). Ces grands rédacteurs ont un parcours intéressant, et il gérait 90 personnes au sein du groupe. Ceci n'est pas dans le livre qui se termine en 2015. Pour la première fois, une femme a été nommée rédactrice en chef de Nature ! Evénement car Nature a eu des phases de misogynie dans son histoire..   Magdalena Skiper est une généticienne (thèse à Cambridge University) ; elle a rejoint le groupe Nature en 2001 et qui veut impliquer la revue dans la reproductibilité de la science. Nature gardera sa culture British, avec une rédactrice qui parle français.

Dans le livre, il y a 6 pages (205 à 211) sur l'affaire Benveniste : la mémoire de l'eau pour défendre l'homéopathie ! La description de la visite du laboratoire  Inserm de Benveniste, le juillet 1988, est marrante. En fait, avant l'acceptation de l'article, J Maddox avait déjà l'idée d'aller visiter le laboratoire de Benveniste. L'article ne tenait pas la route pour Maddox, qui a ensuite publié un éditorial vengeur, etc…   Intéressant de voir les combats, en fait décrits sereinement par une américaine (H Baldwin), avec quelques citations intéressantes.

Un excellent chapitre de conclusion pour terminer le bouquin. En 2015, Macmillan racheté par Springer et en 2018 le groupe Springer Nature est un grand groupe, avec de nombreuses revues avec le titre Nature etc…

Baldwin H. Making nature. The History of a Scientific Journal. University of Chicago Press. 2015; 309 pages.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer